Un langage et une intrigue riche, intense et complexe. Bright Room, la pièce de Tony Kushner, ne devrait pas laisser indifférent. À sa création aux États-Unis, dans les années 80, A Bright Room Called Day (titre original) avait suscité pas mal de critiques: utiliser comme métaphore les débuts de l’Allemagne nazie pour évoquer la passivité de Ronald Reagan et du public américain face au sida, n’avait pas été très apprécié… ou compris. Vingt ans plus tard, les dernières productions n’ont pas provoqué autant de polémiques, d’autant que le succès, immense, d’Angels in America, a placé Kushner au premier plan.

Après notre première vidéo, consacrée aux motivations de Tony Kushner lorsqu’il a écrit cette pièce, Yagg vous propose de rencontrer Rebecca Bellity, Fanny Touron et Alberto Marchini, les acteurs de Bright Room. Durant le spectacle, leurs personnages vont évoluer, et chacun devra réagir face aux dangers qui s’accumulent dans le Berlin des années 30. Et pas toujours comme on le croirait

Bright Room, de Tony Kushner, mise en scène de Hillary Keegin, au Théâtre de la Boutonnière, 25, rue Popincourt, 75011 Paris. Réservations au 01 48 05 97 23.

httpv://www.youtube.com/watch?v=3V8NYZI9oXQ
Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez ici.


Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.