Don Belton, professeur de littérature à l’Université de l’Indiana, chercheur, écrivain et journaliste, a été assassiné le 27 décembre dernier chez lui à Bloomington dans l’Indiana. Son homosexualité semble être à l’origine des motivations du tueur.

SPÉCIALISTE DES QUESTIONS AFRO-AMÉRICAINES
Ce spécialiste des questions afro-américaines avait beaucoup écrit sur l’homosexualité. Il avait publié le roman Almost Midnight, en 1986 et une étude sur la perception de la masculinité intitulé Speak My Name, en 1997. Ce dernier livre explorait l’écart entre la représentation de la masculinité dans la communauté afro-américaine et la réalité.

L’assassin présumé, Michael Griffin, un ex-Marine qui connaissait apparemment la victime, a reconnu avoir poignardé Don Belton. Il prétend que celui-ci l’aurait agressé sexuellement le soir de Noël, deux jours avant le meurtre. Michael Griffin lui aurait rendu visite le 27 décembre à son domicile mais Don Belton aurait « refusé de s’excuser » et « n’aurait pas exprimé de regret et de compassion pour l’erreur qu’il avait commise », selon les propos de l’assassin présumé, qui termine son explication en racontant qu’une bagarre aurait alors éclaté et aurait mal tourné. Griffin aurait poignardé à mort le professeur à plusieurs reprises à la poitrine et dans le dos, « jusqu’à ce qu’il ne bouge plus », précise-t-il.

« GAY-PANIC »
Une commémoration s’est tenue le 1er janvier devant le Palais de justice à Bloomington pour demander au procureur de ne pas accepter les allégations de Michael Griffin. Les explications du tueur semblent, en effet, bien proches du prétexte « gay-panic » fréquemment utilisé aux États-Unis comme justification pour des crimes homophobes, et qui consistent à plaider la découverte de la sexualité de la victime et la réaction de surprise violente qui en découle. Autre incohérence: le nombre de coups de couteau donnés dans l’intention de donner la mort et bien sûr le fait d’avoir rendu visite au professeur armé d’un couteau (que l’accusé aurait obtenu en Irak alors qu’il servait chez les Marines).

La police a également retrouvé le journal intime de Don Belton dans lequel il écrivait, quelques jours avant Noël, être « heureux de rencontrer » un certain Michael.

Don Belton, enseignait à l’Université de l’Indiana depuis l’automne 2008. Ancien reporter pour Newsweek, il intervenait régulièrement dans des revues littéraires, des magazines culturels et des journaux d’actualité. Il avait également précédemment enseigné la littérature et le cinéma à l’Université du Michigan et à l’Université de Pennsylvanie et avait organisé une conférence à la Sorbonne à Paris sur les premiers écrivain afro-américains, la littérature et les cultures populaires blacks.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.