Le procès de la Proposition 8, Perry v. Schwarzenegger, débute aujourd’hui à San Francisco. La plainte remet en cause la conformité à la Constitution du référendum californien qui en novembre 2008 a infirmé la décision de la Cour suprême de l’État d’autoriser les couples de même sexe à se marier (lire notre article).

Avant même le procès, qui devrait durer trois semaines, la plainte avait fait pas mal de bruit.

Parce que les plaignants (un couple lesbien, Kris Perry, à l’extrême droite de la photo, et Sandy Stier, et un couple gay, Paul Katami, en premier sur la photo, et Jeff Zarrillo), représentés par l’American Foundation for Equal Rights, ont choisi deux ténors du barreau pour défendre leur position: Theodore Olson et David Boies s’étaient opposés dans l’affaire de l’élection contestée de George W. Bush face à Al Gore en 2000, ils se sont unis pour attaquer la Proposition 8 au niveau fédéral, en l’occurrence devant l’U.S. District Court du district de Californie du Nord.

Parce qu’Olson et Boies ont tenté d’écarter les associations LGBT et de droits humains ainsi que la Ville de San Francisco de la plainte, estimant qu’elles ralentiraient la procédure (voir la Revue de web du 11 août 2009) – elles sont toutefois présentes, les associations comme parties civiles tandis que la Ville apportera son expérience dans cette affaire sur l’impact négatif de Prop 8 en particulier sur les finances publiques.

DÉBATS RETRANSMIS SUR YOUTUBE
Parce qu’à la demande du juge Vaughn Walker, les débats seront retransmis sur YouTube avec quelques heures de décalage et en direct dans un certain nombre d’autres cours fédérales: « Cette affaire a suscité un très large intérêt, a expliqué le juge Walker la semaine dernière. Sa nature et son importance justifient une distribution étendue. » Les partisans de la Proposition 8 ont saisi la Cour suprême des États-Unis, estimant que la présence des caméras pourrait intimider les témoins.

Parce que lors des audiences préliminaires, Charles Cooper, l’un des avocats des pro-Prop 8, poussé dans ses retranchements par le juge Walker qui lui demandait avec insistance en quoi l’ouverture du mariage aux couples de même sexe nuirait au mariage des couples de sexe opposé, a fini par répondre: « Je ne sais pas ».