Dans un communiqué de presse du 7 janvier, Le Collectif contre l’homophobie (CCH) lance un appel au boycott d’une réunion sur l’identité nationale, à Montpellier.

Le 2 novembre dernier, Éric Besson, ministre de l’Identité nationale et de l’Immigration lançait un débat sur l’identité nationale invitant les forces vives à y participer. Dans le cadre de ce débat où plusieurs réunions locales sont mises en place, l’une d’elles est prévue à Montpellier le lundi 11 janvier.

« TOURNURE DÉTESTABLE »
Le CCH et la Ligue des Droits de l’Homme refusent d’y participer et appellent la population montpelliéraine à le boycotter à son tour. « Comme nous l’appréhendions, indique le communiqué, nous avons constaté la tournure détestable prise par cette initiative électoraliste qui vire à la stigmatisation, réunion après réunion, de nos concitoyens d’origine étrangère et/ou de confession musulmane ».

C’est dans ce contexte que les deux associations proposent une conférence de presse, ce même 11 janvier, à 16h (deux heures avant la réunion officielle), dans les locaux de la Ligue des Droits de l’Homme, Espace Martin Luther King, 27, boulevard Louis-Blanc, à Montpellier.

Joint par Yagg, Hussein Bourgi, le président du CCH, précise que les LGBT sont aussi concernés par ce débat et par ce ministère de l’Identité nationale: « Depuis la création de ce ministère, les conditions de séjour des LGBT d’origine étrangère en France sont de plus en plus difficiles, il y a de plus en plus de pression sur ces personnes qui sont menacées d’expulsion et nous le ressentons quotidiennement dans notre association. Ces dernier mois, ce genre d’affaires se sont multipliées (voir article). En ce moment, notre association s’occupe de trois gays dans des situations similaires et qui rencontrent énormément de difficultés et de pression de la part de la Préfecture, alors que certains sont pacsés ou en couple depuis plusieurs années ».

« VALEURS UNIVERSELLES »
« On assiste également avec ce débat à une succession de dérapages, ajoute Hussein Bourgi. On se focalise sur l’immigration et l’islam. Un être humain ne peut pas être réduit à ses origines ou à sa religion, comme on ne peut pas le réduire à son orientation sexuelle. En focalisant sur ces valeurs-là, sur les religions, sur l’islam, on évite de se focaliser sur les autres, les vraies valeurs de la France: liberté, égalité, fraternité. Ces questions nous tiennent à cœur, comme pour les homos la liberté d’aimer qui on veut, l’égalité pour les couples de même sexe, le respect de notre sexualité et la lutte contre l’homophobie. Ce sont des valeurs universelles que nous défendons quotidiennement. La France est historiquement un pays d’accueil, et depuis quelques années ce pays ne remplit plus cette mission-là, à l’encontre entre autres des LGBT. Ce débat est biaisé, mal posé et beaucoup trop réducteur ».

Et de conclure: « On coupe l’herbe sous le pied de ceux qui nous accusent d’être des communautaristes, de nous intéresser qu’aux questions LGBT. Nous, on s’intéresse avant tout aux questions des droits, des libertés et de l’égalité pour tous ».

D’autres organisations locales et nationales se sont également portées signataires de ce boycott: le Syndicat des avocats de France, l’Union locale de la CGT, la FSU, la Lesbian & Gay Pride Montpellier, Coup de soleil, le MRAP, SOS Racisme, l’association féministe Citoyennes Maintenant, Solidaires, la Confédération Paysanne, le Mouvement pour la paix (comité de Montpellier), le CCIPP, le Mouvement français pour le planning familial 34, la CFDT 34, la FCPE et la LMDE (La Mutuelle des étudiants).

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.