Élue « personnalité trans’ ou intersexe marquante de l’année 2009 » par les internautes de Yagg (lire notre article), Delphine Ravisé-Giard nous livre ses réactions et fait le point sur son combat pour être reconnue femme par l’État. Un combat pour l’égalité, pour tous, qui est loin d’être terminé.

Vous avez été désignée personnalité trans’ marquante de l’année 2009 par les internautes de Yagg. Qu’est-ce que cette « élection » vous inspire? En vérité, je suis étonnée de cette élection. Et je remercie les internautes de Yagg qui ont participé à l’ensemble des votes mis en place par votre site internet. Cela prouve aussi que le combat pour la liberté d’assumer son genre de manière combative intéresse. Cela permet aussi de démontrer à la population qu’une personne transgenre peut complètement s’insérer dans notre société sans problèmes majeurs autres que ceux posés par l’État français qui impose la stérilisation pour changer son état civil.

De plus, mon combat n’est pas que personnel, je le mène aussi avec l’association Trans Aide (Association nationale transgenre) pour obtenir l’égalité des citoyens et citoyennes quels que soient le sexe, le genre, ou l’orientation sexuelle. Et cette égalité n’existe pas encore dans notre République, malheureusement.

Pensez-vous qu’une telle reconnaissance peut vous être utile dans votre combat avec l’administration? Les enjeux sont vraiment importants et dépassent cette administration. La vérité, le fond de l’affaire, c’est le refus par l’État français de légaliser l’homoparentalité en demandant systématiquement la stérilisation des personnes transidentitaires. Alors, pour que l’État bouge et accepte l’égalité de tous les citoyens face à la parentalité, cela nécessitera encore beaucoup d’énergie à dépenser au sein des associations LGBT. Ce qui ne veut pas dire que cette reconnaissance soit inutile, au contraire. Cela permet aussi de donner une autre perspective au combat concernant les droits de l’homme et l’identité de genre.

Et vous, où en êtes-vous? Les dernières informations que nous avons publiées remontent au mois de novembre, lorsque la presse s’est fait l’écho du revirement de l’armée après la décision de justice rejetant votre demande de changement de prénom. Y a-t-il du nouveau? Êtes-vous plutôt optimiste ou inquiète? Pour l’instant rien a changé. Le ministère de la Défense s’en tient à sa décision, point. Cela dit, je ne suis pas inquiète mais réaliste pour la suite des événements.

Trans Aide, BP 43670, 54097 Nancy Cedex
Sur la toile et sur Facebook

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.