Le sociologue Éric Fassin livre une analyse intéressante de Nicolas Sarkozy et de son « double » Éric Besson sous l’angle du « jeu exacerbé de la virilité ». « Si l’un et l’autre en font autant en matière de virilité, écrit Éric Fassin, c’est qu’ils ont en commun le stigmate de la trahison: le traître n’étant pas un homme vrai, il ne saurait être un vrai homme. (…) La trahison souille la masculinité; en retour, l’ostentation virile en est la rédemption ». Sur Libération.fr [fr].

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.