Depuis son arrivée, récente mais remarquée, sur la communauté, Jeff publie des posts dont les titres commencent par « parce que ». Parmi eux, celui-ci, mis en ligne le 2 janvier, et dont le titre original est tout simplement « parce que ». Un post sans fioritures, sobre, et qui touche juste.

« Parce que », par Jeff
« Nous sommes aux alentours de minuit, dans une petite chambre mansardée, le jeune homme est assis en tailleur sur son lit sa radio est restée allumée, mais il ne l’écoute plus.
Il pense seul dans la nuit, il n’a que peu de certitudes et elles sont beaucoup trop sombres pour qu’il supporte d’y attarder son esprit.
Il préfère rêver d’avenir, en occultant le reste du monde et ce qu’il pourrait en penser.
Il est près de deux heures du matin, lorsqu’un message agite son portable, il le lit parcouru d’un frisson, une personne pense à lui avant de s’endormir.
Il est naïf, et y répond sur le champ, alors que la fébrilité lui secoue les mains.
Il s’allonge sur son lit, après avoir éteint la lumière et la radio.
Il a peur, et prend doucement conscience que quelqu’un peut le désirer et l’aimer.
Cela le tourmente jusqu’à cinq heures, lorsque la fatigue l’emporte enfin.
Il est sept heures, quand son réveil le fait sortir de l’un de ses rêves, qu’il considère comme un cauchemar.
Son t-shirt lui colle à la peau et l’étouffe, lentement il se lève et se dirige vers la salle de bain.
Il s’agenouille près des toilettes, et en soulève la lunette, puis silencieusement il y vomit.
Il n’est plus triste, il regarde vers l’avant.
Seulement il est encore derrière.
Mais plus pour longtemps. »

Mon journal intime, une semaine avant que je ne me fasse abuser.

Retrouvez tous les posts des yaggeurs et des yaggeuses sur la communauté.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.