Jean-Claude Daubisse« En acceptant, nous faisions plaisir. C’était un geste simple. Un geste d’humanité, dans le respect de ces personnes et de leurs idées. » Jean-Claude Daubisse, le maire UMP de Haute-Goulaine, est la cible d’attaques venues d’extrême droite, via l’hebdomadaire Minute, qui lui reproche d’avoir célébré un mariage entre deux femmes, à la grande joie du Front national, qui s’est fendu d’un communiqué.

MinuteMinute, relayé par les sites d’extrême droite, revient sur une cérémonie qui a eu lieu le 13 juin dernier (on peut d’ailleurs s’interroger sur le timing de ces « révélations ») à la mairie de Haute-Goulaine, en Loire-Atlantique. Après s’être pacsées au tribunal, Angie, 20 ans, et Laëtitia, 22 ans, ont eu envie d’une cérémonie moins froide, et ont donc demandé à  leur maire de les accueillir en mairie. Dans la version Minute, cela donne: « Angie A. est une homosexuelle militante. Qui a participé, à Nantes, à la Marche des fiertés: la Gay Pride. Qui a rejoint sur Facebook un groupe dont le but est de « rassembler 5000 lesbiennes francophones ». La langue commune, il n’y a que ça de vrai… » Une militante, donc, qui aurait convaincu son maire de la marier. La preuve, les deux femmes portaient des robes de mariées, on leur a lancé du riz et sur leurs pages Facebook, elles se disent désormais mariées. « Au moins c’est clair, » commente Minute, qui semble oublier que Facebook n’est pas un registre d’état civil et que n’importe qui peut s’y déclarer ce qu’il ou elle veut.

Interviewé par Presse Océan.fr, Jean-Claude Daubisse, qui se dit « meurtri », tente de rétablir la vérité. Il explique avoir été sollicité par les deux jeunes femmes qui « s’étaient pacsées au printemps et souhaitaient une cérémonie moins impersonnelle ». Après avoir hésité, il s’est renseigné, a découvert qu’à Nantes, les cérémonies de pacs étaient courantes, et a consulté ses adjoints: « Nous n’avions jamais eu ce type de demande. Mais à l’unanimité, nous avons accepté, » raconte-t-il, cité par Ouest-France. Il se souvient avoir « été surpris de les voir arriver en robes blanches mais je n’allais tout de même pas leur dire de faire demi-tour ». Il confirme l’échange d’alliances (« Elles y tenaient beaucoup. Cela donnait de l’apparat à la cérémonie. »), il portait bien sa ceinture tricolore (« comme je le fais pour les célébrations de noces d’or par exemple »), il leur a lu un texte sur le pacs. Il réfute tout caractère officiel, et toute illégalité, lui qui se dit « légaliste ». « Ce qui me gêne dans cette histoire, c’est d’être obligé de me justifier pour un geste d’humanité. »

Mais il n’a pas de regrets: « Si c’était à refaire? Je déteste cette polémique mais… Pourquoi pas? ». Et effectivement, il a fait plaisir: « On a trouvé ça très gentil de sa part, se souvient Laëtitia, toujours sur Presse Océan.fr. Mais il avait été très clair. La loi lui interdisait de faire plus. Mais le fait qu’il nous accorde ça, pour nous, c’était déjà beaucoup ».

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.