Juste avant Noël, YepMe critiquait assez durement Avatar. Réponse de Yauty cette semaine, qui n’a visiblement pas regardé le film de James Cameron avec les mêmes yeux. Et vous, vous avez aimé? Dites-le dans les commentaires et/ou sur la communauté.

J’ai vu « Avatar », et j’ai aimé ça, par Yauty
Conscient que ce titre va attirer les foudres de certains (et l’admiration d’autres car il faut tout de même reconnaître que je suis sacrément courageux de crier haut et fort que j’ai aimé Avatar, moi qui travaille dans un théâtre, mouhahahah), je vais apporter quelques précisions.

Avatar est un bon film parce que:
– Ça fait du bien de voir Terminator se prendre une raclée par les habitants d’Abyss avec des jambes. Ou qui n’a jamais trépigné de joie quand les Indiens scalpaient le méchant cow-boy tueur de loups?

– Toutes ces couleurs fluos m’ont rappelé ma douce prime enfance du milieu des années 1980.

– J’ai secrètement rêvé d’être un Na’vi parce qu’il sont beaux, vivent dans un monde en technicolor qui sent bon, ont de supers cheveux (quoique le shampooing, sur leurs synapses à vif, ça doit dérouiller), que le pagne leur va super bien, et ça doit être génial d’être en communication constante avec Mère Nature.

– J’ai toujours aimé Hair, les hippies, et tout le tralala. Et si en plus ils volent et savent se battre…

– Je n’avais jamais vu de film en 3D au ciné. Bon, j’avoue, le gros plan en 3D sur la tasse de café ou l’ordinateur super high tech n’est pas forcément très pertinent, mais bon. Par contre, les balades dans les hautes herbes bleues qui vous caressent le visage sous un lever de Jupiter splendide, ça c’est agréable.

– Après le film, j’avais la larme à l’œil (oui, bon, la 3D pendant 2h40, ça brûle la rétine, hein!) et je suis sorti avec des étoiles plein les yeux (persistances rétiniennes).

– J’ai été voir ce film comme on va à Disney, voire à l’opéra. Passer un bon moment, ressentir des émotions simples et belles. C’est sûr, les dialogues ne sont pas signés Audiard et le scénario vole moins haut que les super hélicoptères de ces méchants Marines, mais vraiment, je suis sorti content, un peu enfant, un peu (plus) écolo, et amoureux de Jake Sully (redneck au cœur tendre et finalement, pas si bête que ça, et qui a le nom de l’Indien dans Docteur Quinn d’ailleurs).

– Et pour finir, je ne tirerai pas sur l’ambulance: James Cameron n’est pas quelqu’un de très fin, c’est certain. mais s’il peut abandonner son gros Hummer pour un cheval, je trouve qu’il mérite mon respect. Et il a su, même s’il surfe sur le tsunami de la mode écolo-bien pensante, éveiller un peu les consciences de certaines personnes (comme par exemple, les habitants du Maine profond, et si vous réfléchissez bien, il y a des Maines profonds dans pas mal de parties du monde occidental…). C’est un peu comme un Dora l’exploratrice pour grands benêts: Où est l’espèce à protéger? Oui! Bravo, elle est là, tu vois, elle clignote en rose fluo avec tout plein de jolies lumières autour!

Voila pourquoi j’ai aimé Avatar. J’aurais même adoré si seulement James Horner ne nous avait pas reclaqué ses cornemuses à tout-va et que Céline Dion [Leona Lewis, en fait, ndlr] avait évité de pousser la chansonnette (mais c’est à la fin, personne ne vous force à rester assis, le cul dans le pop corn, pour entendre sa voix de sirène chevrotante…).

Photo © Twentieth Century Fox France

Retrouvez les posts des yaggeurs et des yaggeuses sur la communauté.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.