Le yaggeur Julien (également bloggeur ici) n’a pas aimé Persécution, le dernier film de Patrice Chéreau, mais il ne regrette pas d’être allé le voir. Pourquoi? Lisez son post pour le savoir.

Patrice Chéreau et moi, par Julien
Le temps passe, certaines oeuvres restent, et moi je change. Tombe la neige, aussi. Tour ça pour dire qu’hier je suis allé voir Persécution, le dernier film de Patrice Chéreau. Un réalisateur dont j’avais aimé, à leur sortie ou en décalé, L’Homme blessé, La Reine Margot ou encore Ceux qui m’aiment prendront le train. J’avais aussi adoré le voir sur scène, avec Pascal Greggory, dans La Solitude des champs de coton de Koltès. Quelques moments forts dans ma vie de jeunot d’alors, en mal d’expériences nouvelles et de sensations fortes. Et puis, j’ai revu, plus récemment, des images, à la télévision, de cette fameuse Solitude et j’ai trouvé Chéreau cabotin, pour ne pas dire lourdaud. J’ai vu, aussi, le très ampoulé et maniéré Gabrielle, avec Isabelle Huppert dans le rôle-titre. Grosse déception qui confirmait que, peut-être, j’en avais fini avec cet artiste qui jadis marqua ma jeunesse. Petite parenthèse, j’étais tombé, à l’âge de 19 ans, sur une citation de Chéreau à propos de l’homosexualité. Il l’assimilait, je résume grossièrement, à une vie de malheur. Évidemment, l’épidémie du sida était passée par là et on peut facilement comprendre la noirceur de son point de vue. Mais il y avait aussi une forme de fatalisme qui m’avait beaucoup choqué et, dans l’inexpérience qui était la mienne, j’avais pris cette citation pour argent comptant. Puisque Chéreau le disait, j’étais donc voué à être seul et malheureux. Les temps ont beaucoup changé, grâce à un tas d’avancées, et ce genre de réflexion semble datée aujourd’hui. Tout ne va pas pour le mieux, loin de là, mais au moins l’espoir est permis.

Cette parenthèse, plus longue que prévu, n’est pas totalement étrangère à ce que j’ai pu ressentir pendant la projection de Persécution. Dans le film, le personnage de Romain Duris, névrosé insupportable, personnifie cette impression étrange, double, que Chéreau peut susciter. Dans sa façon torturée de se confronter au monde et aux êtres, Daniel, le personnage en couple avec Sonia (lumineuse Charlotte Gainsbourg, qui allège l’atmosphère empesée du film), n’a rien d’un garçon de son temps. Daniel, d’ailleurs, est un prénom de vieux, du moins pas celui d’un trentenaire, et ce n’est pas un hasard. Hypersensible, il se mêle de tout, prend chaque chose à cœur et avance dans la vie de façon douloureuse, laborieuse (c’est aussi un acharné du travail). Bref, il prend l’existence au sérieux et, incapable de légèreté et d’humour, il se prend lui-même encore plus au sérieux. La folie le guette, l’attire et le rend perméable à celle, parfois plus dangereuse, des autres. J’ai été sensible au côté entier du personnage, qui est passionné, sans compromis ni concessions, mais c’est pourtant son côté antipathique, irritant, que je retiens. Surtout, sa complaisance pour le malheur est insupportable. Daniel fait débat, ce n’est pas un personnage lisse et c’est plutôt bon signe, mais son côté obscur prend le pas sur le reste. Peut-on aimer quelqu’un ou, en l’occurrence, un film si peu aimables? C’est peut-être le pari risqué de Chéreau, et il mérite réflexion. Disons que j’ai détesté mais que, étrangement, ça m’a fait du bien…

La bande-annonce de Persécution:
httpv://www.youtube.com/watch?v=OKuYoQcb4pI
Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez ici.

Retrouvez ce post sur la communauté Yagg.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.