Paillettes et orchestre, Yagg vous invite à sa première cérémonie des Yagg Sports Awards qui récompensent les héros et les faits sportifs de 2009. Ajustez votre nœud papillon, redressez la bretelle de votre robe lamée, seat back and relax.

Rang 2, place 44 (au milieu). Voilà, vous êtes assis-e derrière Serena, Yoann, Rafael, Cristiano, Yelena, Amélie, Romain. Ils gênent un peu mais vous ne pouvez pas changer de place: le premier rang leur est réservé. Pas grave, vous pourrez boire une coupette avec eux après.

Présentation du jury. Yagg a réuni un jury professionnel, indépendant, talentueux et trié sur le volet qui a travaillé en toute transparence: moi.

Yagg Sports Award des plus belles mains: Celles de Dan Carter, le demi-ouverture des All Blacks, véritable magicien du ballon, qui fait vivre toute son équipe vers la victoire, ainsi le 28 novembre contre le XV de France en un match sublime côté néo-zélandais. Et parce qu’il a un sourire trop chou.

Yagg Sports Award du plus beau regard avant le but: Yoann Gourcuff pour ce coup d’œil incandescent vers l’objectif avant de frapper. Ok, j’ai craqué.

Yagg Sports Award de la plus belle pilosité: Lisandro Lopez qui a fait les beaux jours de Lyon dans le championnat de France et la Ligue des Champions. Bon, une barbe ne fait pas tout, Lyon est 6e de la Ligue 1 à la trève hivernale et rencontrera le Real Madrid en huitième de finale de la Ligue des champions, mais comme dirait Yannick, “Ah, cette barbe!”

Yagg Sports Award du plus beau geste technique: l’équipe de football du lycée McKinley dans Glee. Car réaliser un touch down sur du Beyoncé, ça le fait grave. Voyez-vous même.
httpv://www.youtube.com/watch?v=Z55qlGXA09I

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez ici.

Yagg Sports Award du plus haut perché: Yelena Isinbayeva. Parce que même un échec cinglant aux championnats du monde ne l’a pas empêchée d’aller de l’avant et d’améliorer son propre record du monde quelques jours après, à Zurich, le 29 août, en franchissant 5,06 mètres. Et en plus, son coté un brin star a du chien.

Yagg Sports Award du vêtement: Le bermuda qui va faire sa réapparition en natation à la faveur de l’interdiction des combinaisons le 1er janvier. Fini l’érotisme diffus du dévêtu fragmentaire.

Yagg Sports Award du tube sportif de l’année: Je kiffe Raymond, de Catherine Ringer. Parce qu’il n’y a rien à faire, je ne peux me ranger à l’avis d’une majorité qui n’aime pas un homme qui a pourtant fort à faire avec une équipe qui semble peu encline à partager la joie du football.

Yagg Sports Award du tube sportif underground de l’année: C’est la mimine à Titi, titre underground chanté sous la douche par les plus grands spécialistes de la scène underground section carrelage. Pourrait bien être reprise tant les paroles sont faciles: “c’est la mimine à Titi, c’est la mimine à Titi, c’est la mimine à Titi (da capo)”.

Yagg Sports Award du meilleur buzz sportif: Romain Mesnil. Parce que courir nu dans tout Paris avec une perche pointant vers le ciel en quête d’un sponsor, c’est malin et plutôt sympathique. Romain Mesnil en a trouvé un, de sponsor. Il a aussi été médaillé d’argent aux championnats du monde à Berlin, en août. Pour la peine, il a refait un petit strip-tease.

Yagg Sports Award de la discipline la plus équilibrée: Sans conteste, le handball qui, avec les Français champions du monde et les Française vice-championnes du monde en 2009, marche réellement sur ses deux jambes. De la parité en sport portée avec intelligence.

Yagg Sports Award de l’équipe la plus engagée: Ex-aequo le XV d’Australie et les hockeyeuses du lycée de Woodstock. Les deux formations se sont mobilisées contre l’homophobie dans le sport. Classe, juste classe. Encore un effort, beaucoup d’efforts, et on en finira avec la bêtise, toutes les bêtises en sport.

Yagg Sports Award du coming-out: À l’unanimité du jury (et oui, j’ai des amis invisibles) et in extremis: Gareth Thomas, ancien capitaine du XV gallois, détenteur du record de sélections en équipe nationale. Coming-out d’autant plus fort que le garçon est toujours en activité. Samedi 19 décembre, quelques heures après cette révélation dans un entretien au Daily Mail, il jouait contre le Stade Toulousain en Coupe d’Europe avec son club de Cardiff (il a perdu, mais bon…).

Yagg Sports Award du courage: Yoann Lemaire, footballeur amateur, pour son coming-out et son combat pour faire accepter sa différence dans son club du FC Chooz. Et pour avoir raconté l’histoire de ce combat dans un livre émouvant Je suis le seul joueur de foot homo, enfin j’étais… (Éditions Texte Gais). Là, vous vous levez parce que tout le premier rang s’est dressé pour lui réserver une standing ovation.

Yagg Sports Award de la dignité: Caster Semenya pour le sang froid dont elle a fait preuve dans la tempête médiatique – et tempête tout court – qui a suivi son titre mondial sur le 800 mètres, à Berlin, en août. La jeune femme de 18 ans avait  été « suspectée » d’être intersexuée. Avant même la finale, des examens avaient été diligentés pour établir si elle était une femme. L’affaire a pris une tournure mondiale et nationale: Caster Semenya avait été et accueillie en héroïne à son retour de Berlin. Caster Semenya gardera sa médaille d’or, quel que soit le résultat de l’enquête sur son genre. Les résultats de ces examens resteront secrets, en accord avec la Fédération internationale d’athlétisme.

Yagg Sports Award du sportif de l’année: Un deuxième trophée pour Yoann Gourcuff. Vous aviez deviné. Pourtant, on ne parle pas de lui, jamais.

Yagg Sports Award de la sportive de l’année: Amélie Mauresmo, évidemment, pour ce qu’elle a donné au tennis, au sport féminin, au sport en général et pour avoir l’un des rares visages publics de la communauté. Merci Amélie. Pour tout.

Prix spécial du jury: Serena Williams. Oui, elle a pété les plombs à l’US Open en s’en prenant à une juge de ligne, écopant d’un point de pénalité et perdant ainsi sa demi-finale contre Kim Clijsters, mais cela rend la première joueuse mondiale encore plus humaine. Et puis voilà, à Yagg, nous aimons Serena Williams, pour ses performances (elle a remporté 2 tournois du grand chelem – Australian Open et Wimbledon – cette année) et sa vie de fashionista, notamment, en dehors du tennis.

Yagg Sports Award de la meilleure chronique de sport décalée: Scrouiiiiiiitchhh, elle est bien collée cette enveloppe: Terrains de Jeux publié sur Yagg tous les samedis. (Tu parles d’un jury indépendant, quel melon celle-là!). Hum, hum, oh, il est lourd ce trophée… Je n’avais rien préparé mais bon, je me lance: je voudrais remercier Christophe, Yannick, Xavier, avec mention spéciale à Judith, pour avoir permis au sport d’exister sur Yagg. Et Maxime dont l’abnégation l’a mené au-delà du périphérique en scooter, pour la simple gloire de la performance. Et tous ceux qui font Yagg. Je vous aime. Oui, oui, c’est ça madame, il ne faut pas rester là. Belle fin d’année à tous.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.