Le 15 décembre, la police géorgienne a opéré une descente dans les bureaux de l’association LGBT Inclusive Fondation et arrêté Paata Sabelashvili, son responsable, également membre du Bureau exécutif de l’ILGA-Europe, nous apprend un communiqué du Centre LGBT Paris IdF.

Paata Sabelashvili

Paata Sabelashvili

Paata Sabelashvili est accusé de possession de marijuana, mais les conditions de son arrestation et de ses aveux inquiètent l’ILGA-Europe et le Centre LGBT Paris IdF. En effet, « selon Inclusive Foundation, 5 hommes en armes et sans uniformes ont fait intrusion dans les locaux de l’association à 19h le 15 décembre. Paata, le responsable de l’association, ainsi que 15 femmes du Women’s club étaient présents. Paata a été enfermé dans une pièce à part, une heure plus tard, un groupe supplémentaire d’hommes en arme ont rejoint les premiers policiers, toujours sans mandat d’arrêt, sans décliner leur identité ni sans expliquer la raison de leur présence. »

« Les membres de l’association ont été retenus dans les locaux de l’association pendant des heures, fouillés, humiliés et insultés; ils ont été pris en photo, leurs téléphones confisqués, dans l’impossibilité de prévenir leurs familles et traités de pervers, malades et satanistes, poursuit le communiqué. Paata Sabelashvili a été conduit en détention et devrait y rester jusqu’au procès. Peu après son arrivée dans la prison, il aurait admis être en possession de 8 grammes de marijuana; mais cette confession a été faite avant l’arrivée de son avocat et il est raisonnable de penser que sa sincérité peut être mise en doute. »

Un communiqué d’Inclusive Foundation précise également que des menaces de mort ont été proférées par certains policiers envers des militants, en particulier ceux qui leur faisaient remarquer qu’ils violaient la loi.

« Cette descente de police est la suite logique de la politique de répression des ONG menée par le gouvernement géorgien, souligne Inclusive Foundation. L’objectif est de marginaliser, intimider et discréditer les défenseurs des droits humains en Géorgie. »

« L’ILGA-Europe suit la situation de près avec l’organisation géorgienne, ont déclaré les coprésidents de l’association européenne, Linda Freimane et Martin K.I Christensen. Les faits sont étudiés afin de nous assurer que les autorités géorgiennes agissent en accord avec les normes en matière de Droits Humains européens. »

Pour le Centre LGBT Paris IdF, Christine Le Doaré, sa présidente, écrit: « Nous sommes indignés par ce viol des droits fondamentaux constitutionnels des citoyens géorgiens; demandons au gouvernement géorgien de mener une enquête et de punir les auteurs de ces faits; exigeons que les conditions de la détention de Paata Sabalashvili soient suives par des ONG internationales et diplomates étrangers en poste à Tbilissi. Face à ce qui selon toute vraisemblance est une arrestation arbitraire, nous exigeons la libération immédiate de Paata Sabelashivili qui,  nous pouvons en attester, est tout sauf un dangereux terroriste. Nous demandons aux autorités gouvernementales française d’intervenir dans les meilleurs délais auprès du gouvernement de Tbilissi. »

D’autres photos des locaux d’Inclusive Foundation après la descente peuvent être vues ici.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.