C’est un débat inquiétant, une énorme controverse, que la BBC a lancés hier sur son site internet. En préparation à une émission sur BBC World sur la loi homophobe ougandaise, le site internet de la BBC a choisi de proposer aux internautes un débat ouvert, en leur demandant s’ils étaient favorables à cette proposition de loi.

L' »Anti-Homosexuality Bill » qui s’apprête à être voté en Ouganda en janvier est une proposition de loi qui prévoit, entre autres, des peines de détention à vie pour les homosexuels et la peine de mort pour « homosexualité aggravée », si la personne est séropositive (lire notre article).

Ce débat dans la rubrique « Have your say » (« Prenez la parole ») du site de la BBC était destiné à un auditorat africain (visible aussi depuis la Grande-Bretagne et le reste du monde). Le titre initial était « Should homosexuals face execution? » (« Les homosexuels doivent-ils être exécutés? ») avant d’être changé, suite à de nombreuses protestations, en « Should Uganda debate gay execution? » (« L’Ouganda doit-il débattre des exécutions de gays? »). Cependant, le premier titre est resté comme première phrase du texte introduisant le débat. Afin de se justifier, le site internet de la BBC continuait en précisant: « Oui, nous sommes d’accord pour dire qu’il s’agit d’une question crue et dérangeante. Mais il s’agit d’une réalité derrière la proposition de loi ougandaise… »

DES RÉACTIONS VIOLENTES ET HOMOPHOBES
Comme on pouvait s’y attendre, ce débat a suscité des réactions violentes et homophobes. Parmi les commentaires pré-modérés, repris par le site du Guardian, on pouvait lire celui de Chris qui écrivait: « Tout à fait d’accord. Nous devons l’imposer au Royaume-Uni aussi, dès que possible. Ramenons quelques valeurs familiales respectables. Pourquoi devrions-nous souffrir des festivals de la gay pride? Serais-je autorisé à organiser une straight pride (hétéro pride)? Non, quelle idée!!! Si l’homosexualité est naturelle, comme on nous force à le croire, comment les homos pourraient-ils reproduire l’espèce?. ». Un autre commentaire de Aaron disait: « Bravo aux Ougandais pour cette sage décision, un pas brillant vers l’élimination de cette menace pour notre société. Nous espérons que les autres pays africains suivront ».

David Stead, responsable des programmes sur le service africain de la BBC World, défend quant à lui son débat. Dans un message posté sur le site de la chaine, il expliquait hier que les journalistes avaient « longtemps réfléchi à cette question (…) et y voyaient le reflet des diverses opinions sur l’homosexualité en Afrique », selon une dépêche d’Associated Press, reprise par le site gay américain Towleroad.

L’activiste britannique Peter Tatchell, porte-parole de l’association LGBT OutRage!, n’a pas manqué de s’exprimer à son tour sur son site: « Je trouve tout à fait raisonnable que la BBC propose un débat sur le très actuel « Anti-Homosexuality Bill » ougandais, mais pas dans ces termes. La BBC ne lancerait jamais un débat en ligne sur: Les juifs devraient-ils être exterminés? Le génocide rwandais était-il justifié? Le peuple du Darfour devrait-il être massacré? Est-ce bien de lapider une femme en Somalie? ».

TROP DE LÉGÈRETÉ
« De plus, le commentaire de la BBC qui annonçait le débat traitait avec un peu trop de légèreté cette question des exécutions de lesbiennes et de gays ougandais. Cela pouvait être lu comme une invitation ouverte à des appuis homophobes pour ce pays qui soutient les exécutions d’homosexuels, » ajoute t-il.

« C’est plutôt une bonne chose d’informer et de débattre de cette législation ignoble, même si cela implique que l’on donne aux homophobes une opportunité d’exprimer leurs préjugés et leur haine. Nous devons admettre que des points de vue violemment homophobes existe encore dans de nombreux endroits du monde, même en Grande-Bretagne. Amener cette homophobie sur la place publique est un appel à se réveiller. (…) Défier et réfuter ces ignorances homophobes reste le meilleur moyen d’en venir à bout. »

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.