Christophe Girard, l’adjoint au maire de Paris en charge de la culture, s’est rendu hier au Conseil de Paris coiffé d’une casquette mise à l’envers. Un clin d’œil, pour dénoncer les propos de Nadine Morano sur les jeunes musulmans, qui font polémique depuis quelques jours.

La secrétaire d’État à la famille avait en effet déclaré, lundi dernier, au cours d’un débat sur l’identité nationale: « Moi, ce que je veux du jeune musulman, quand il est français, c’est qu’il aime son pays, c’est qu’il trouve un travail, c’est qu’il ne parle pas le verlan, qu’il ne mette pas sa casquette à l’envers ». Dès le lendemain, Nadine Morano criait à la « malhonnêteté intellectuelle », expliquant qu’il s’agissait d’une phrase « sortie de son contexte » et diffusant largement sur internet la vidéo intégrale du débat en question.

Sur son blog, Christophe Girard ironise: « En période de crise économique, réjouissons-nous que le commerce des couvre-chefs comme les casquettes ou les bonnets soit florissant! ». « Un des traits de mon identité française c’est aussi de tenter de dénoncer la bêtise et la vulgarité politiques, d’en rire et de les tourner en dérision », ajoute t-il.

« DIRE DES BÊTISES DE CET ORDRE ME SEMBLE GRAVE »
Pour Yagg, il raconte cette action et sa façon de faire passer un message avec humour: « je l’ai fait pour qu’on n’enterre pas ce dérapage sans précédent. Une secrétaire d’État ne peut pas dire tout et n’importe quoi, elle a un devoir de message et dire des bêtises de cet ordre me semble grave ».

« Elle se prend pour Tartarin de Tarascon qui « n’avait pas son pareil pour chasser les casquettes », mais elle n’a pas le talent d’Alphonse Daudet », s’amuse t-il.