Walter Orlando Tróchez

Walter Orlando Tróchez

Walter Orlando Tróchez, un jeune activiste de 25 ans, engagé dans des associations de défense des droits humains et des droits LGBT, s’est fait assassiner dimanche soir à Tegucigalpa, capitale du Honduras. Depuis le coup d’État dans son pays, le 28 juin dernier, il avait activement participé au mouvement de résistance contre la dictature de Roberto Micheletti.

Le mois dernier, Walter Tróchez avait écrit une lettre ouverte dans laquelle il référençait les assassinats politiques contre les LGBT depuis le 28 juin dernier, soit depuis le début du régime dictatorial. La lettre, intitulée Hausse des crimes de haine et de l’homophobie contre les LGBT: le résultat d’un coup d’État civil-religieux-militaire au Honduras, était un pamphlet contre le régime actuel. « Une fois de plus nous disons qu’il n’est pas acceptable qu’au cours de ces quatre derniers mois, dans une période si courte, 9 ami-e-s transsexuel-le-s et homosexuel-le-s se soient fait tuer dans une extrême violence, 6 dans le secteur de San Pedro Sula et 3 à Tegucigalpa », écrivait-il (l’intégralité de sa lettre en espagnol, sur le blog du journaliste Doug Ireland, et en anglais).

Le 4 décembre dernier, il avait déjà été kidnappé et torturé par quatre hommes cagoulés, en raison de son orientation sexuelle et de sa participation à une marche contre le coup d’État. Après l’avoir roué de coups au visage, les hommes – vraisemblablement des membres de la Direction nationale d’enquêtes criminelles (DNIC) – l’avaient interrogé sur le mouvement de résistance auquel il appartenait, sur les membres et leaders du groupe, le menaçant et lui indiquant qu’ils savaient parfaitement qui il était et qu’ils avaient pour ordre de le tuer.