Dans les colonnes du Monde, le photographe et écrivain François-Marie Banier s’exprime pour la première fois sur « l’affaire Bettencourt ». L’artiste est « accusé d’avoir « abusé de la faiblesse » de Liliane Bettencourt, 87 ans, héritière du groupe L’Oréal, pour obtenir des dons avoisinant les 800 millions d’euros ».

Une sacrée interview dans laquelle François-Marie Banier réfute cette accusation mais aussi l’image de mondain qu’on veut lui coller (« Dire que j’appartiens à la jet-set, ça me fait rire. La jet-set, c’est pour les pilotes d’avion »), parle de son compagnon (« Je me lève à 8 heures. J’écris jusqu’à midi. Je déjeune avec Martin d’Orgeval, qui partage ma vie, que je connais depuis 17 ans; il en a 36 »), des rumeurs (« Oui, j’aurais été l’amant d’Aragon… Ça n’a aucun sens. Je n’étais pas séduit par Aragon et lui n’était pas touché par ma gueule! ») et de ses projets (« Je veux aider des gens jeunes qui ont envie de faire des choses mais qui n’y arrivent pas, qui sont barrés par cette société en veston. Parce qu’ils sont pédés, arabes, noirs, blancs, que sais-je encore… »).

Enfin, on ne résiste pas à citer ce ping-pong entre le journaliste, Michel Guerrin, et l’interviewé. Question: « Vous n’aviez pas mieux à faire, à 19 ans, que de fréquenter Marie-Laure de Noailles, qui en avait 64? ». Réponse: « Vous vous rendez compte de la stupidité de la question? ». Bitch!

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.