OmarPour la première fois un film indien ose une scène de baiser gay. Il s’agit du nouveau film du réalisateur Onir Anirban, I AM, composé de cinq histoires distinctes qui s’intéressent chacune à une thématique que la société indienne évite généralement d’aborder. L’une d’entre elles, intitulée I am Omar, raconte les vexations policières que doivent subir les gays en Inde. met en scène des prostitués masculins et des policiers homophobes. Dans une scène, deux acteurs s’embrassent dans un lieu public et sont surpris par un agent de police qui menace de les réprimer au titre de l’article 377, toujours en vigueur en Inde et qui interdit les relations homosexuelles. L’article 377 a fréquemment été mis en question par la Haute Cour de Dehli.

Voici ce qu’en dit le réalisateur, Onir: « Rahul Bose et Arjun Mathur [les deux acteurs, ndrl] ont été très professionnels et n’ont montré aucune inhibition; ils ont tourné une scène qui va nettement plus loin que tout ce qu’on a jamais pu voir dans le cinéma indien. Arjun interprète un professionnel du sexe. »

Le film est basé sur des récits de vie et met en question la loi et la société indiennes, une société de plus en plus violente qui s’oppose à l’expression de ce type d’amour entre adultes consentants.

Le film sera présenté au festival du film de Rotterdam à la fin du mois de janvier 2010. Le réalisateur espère que la censure indienne permettra que la scène du baiser soit diffusée sur les écrans indiens, scène sans laquelle certains passages du film seraient incompréhensibles.

Il y a quelque temps, Bollywood avait abordé le thème des relations lesbiennes dans le film When Kiran met Karen.

Bande-annonce:
httpv://www.youtube.com/watch?v=gQ4OI4LFTQs
Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez ici.

Suivre le film sur Facebook et sur le blog qui lui est consacré.

Fil de l’info: par l’excellent Queerblog.it.

Plus d’infos sur le film: un article en anglais sur bollyspice.com

Luc Lebelge

En partenariat avec Gay Kosmopol

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.