Jean-Luc Romero, ancien secrétaire national de l’UMP, annonce qu’il sera bien sur les listes électorales du Parti Socialiste d’Ile-de-France pour les prochaines élections régionales en 2010, et confirme ainsi l’info exclusive de Yagg du mois d’octobre (lire article).

Connu pour avoir publiquement assumé son homosexualité en 2000, il devient en 2002 le premier élu français à avoir révélé sa séropositivité et défend régulièrement en public les droits LGBT, notamment au moment du pacs. Militant de la lutte contre le sida depuis 1992, il était l’invité exceptionnel du chat sur le VIH, le 10 novembre dernier sur Yagg.

Cet ancien gaulliste s’était déjà détaché depuis quelques temps de son parti d’origine et siégeait depuis au Conseil régional d’Ile de France au sein du groupe Radicaux de gauche et élus apparentés.

« JE SUIS EN DÉSACCORD AVEC L’UMP SUR TOUTES LES QUESTIONS DE SOCIÉTÉ »
Dans une interview à tetu.com, il explique qu’il a rompu avec l’UMP « notamment en raison des positions du parti de la majorité sur les LGBT et le sida ». « Je suis en désaccord avec l’UMP sur toutes les questions de société », ajoute t-il. Quant à son choix pour le PS, « c’était une évidence », explique-t-il, « je ne fais que continuer le travail commencé avec ce groupe. Je suis en phase avec le programme de la gauche, à la fois sur la politique régionale et sur les grands combats de société que je mène: la lutte contre le sida, les droits LGBT ou l’euthanasie, sur lesquels je ne compte plus faire de concession ».

Et Jean Luc Romero de conclure cette interview avec humour: « Je sais qu’il y beaucoup de saloperies qui sortiront. Mais je n’ai pas l’impression que ce soit un grand changement (ndlr: son changement de bord politique) puisque je défendrai les mêmes idées. Depuis le pacs, mes combats sur les questions de société, je les ai menés avec la gauche. (…) Et puis, j’ai commencé à soutenir la gauche quand elle a commencé à perdre toutes les élections. Je ne suis donc pas opportuniste! ».

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.