La communauté trans’ en France est en ébullition après l’annonce de la tenue des « Assises du corps transformé » (à l’initiative du Centre européen d’études et de recherche – Droit & santé) à la faculté de droit de Montpellier, les 16 et 17 octobre. Un colloque qui, aux yeux des activistes, réunit la crème des psys transphobes français, ceux qui ont installé le dispositif français dit « des protocoles », particulièrement décrié par les associations.

Au moment où leur pouvoir est contesté par le ministère de la Santé et que des éléments du rapport de la Haute Autorité de Santé (HAS) remettent en causes (timidement) leurs pratiques, ce congrès ne peut être perçu que comme un baroud d’honneur d’une psychiatrie obsolète. En deux jours, aucune, aucun trans’ n’est invité-e à parler dans cette réunion d’autistes, et, entre autres réalités niées, la question du sida n’est pas abordée.

LES ASSISES DES CORPS AUTOGÉRÉS
Les Montpelliérains de Pink Freak’X, qui les premiers ont alerté le monde trans’ sur la tenue de ce colloque, ont décidé d’organiser une sorte de contre-colloque: « Les assises des corps autogérés ». Cette association, qui existe depuis un an et qui se revendique « gouine-pédé-trans' » (ou « trans-pédé-gouine ») réunit amicalement une dizaine de personnes (dont certaines se connaissaient d’autres associations LGBT auparavant) autour des questions de genre.

« Nous n’avons qu’un garçon trans’, Louis, nous sommes surtout des lesbiennes, il nous manque des pédés (non-mysogynes de préférence) », explique à Yagg l’une des militantes de l’association. Pink Freak’X a déjà organisé des actions à Montpellier autour du 17 mai (Journée mondiale contre l’homophobie), du 20 novembre (Journée contre la transphobie) et du 1er décembre (Journée mondiale de lutte contre le sida). « C’est en voyant comment le réseau trans’ a réagi devant notre dénonciation de ce colloque que nous avons décidé d’organiser ces assises, un contre-colloque, poursuit la militante. Nous voudrions faire venir des trans’ des quatre coins de la France, alterner les débats inter-associatifs avec des prises de parole devant la faculté qui abrite ce colloque. Les débats seront ouverts au public, nous comptons aussi faire venir des artistes, pourquoi pas passer des films… ». D’ores et déjà, on sait que « la bataille de Montpellier » va être une date dans l’histoire des trans’ en France.

Pink Freak’X propose de loger – de façon rudimentaire – les personnes concernées qui voudront participer à ses assises. Plus d’infos sur le site de l’association.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.