Les Américains sont friands de classements. Pour preuve, celui lancé par la chaîne de télé homo Logo (filiale de MTV) des villes les plus gay-friendly du monde. Barcelone, Buenos Aires, Londres, Montréal, Rio de Janeiro et Sydney sont en lice. Ces villes ont été choisies par une équipe de professionnels du tourisme, et les internautes sont appelés à voter pour l’une d’entre elles sur le site TripOut Gay Travel. Quant au classement du site OutTraveler, la référence américaine en matière de tourisme LGBT, il a couronné dans l’ordre Buenos Aires, Barcelone et Amsterdam. Et Paris? Ne soyons pas mauvaise langue, le Marais concourt dans la catégorie « endroit le plus sexy du monde ». Oups. Mais c’est tout.

IMAGE DE MARQUE
Depuis 2005, la capitale française n’est plus citée dans aucun des classements des villes gay-friendly des Américains. On ne peut pas vraiment parler de déficit de notoriété de Paris. On ne peut pas non plus mettre en cause la crise économique: Londres fait partie des villes sélectionnées et demeure l’une des destinations les plus chères au monde. Que se passe-t-il donc? « Ce qui manque probablement, c’est la création de grands événements festifs privés de portée internationale, comme on peut en trouver à Barcelone, Berlin ou Bruxelles », nous dit-on à la Mairie de Paris. Comme les Gay Games, par exemple? Paris a en effet perdu les Gay Games de 2010 face à la ville de Cologne, en Allemagne. En juin dernier, un autre classement, réalisé par la société américaine de marketing GfK, plaçait Paris au premier rang – parmi 50 villes – en ce qui concerne son image de marque. Incompréhensible. Les gays seraient-ils insensibles à l’image? Ce serait là le véritable scoop de ces classements à répétitions.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.