Grand beau annoncé sur la France en ce dernier week-end de juillet. Du Mont Ventoux à Évian, de Rome à Angers, voici la météo de vos vacances sportives.

Douceur angevine
Heureux qui comme Ulysse va aux championnats de France. C’est, ce week-end, l’antichambre française des championnats du monde d’athlétisme qui se disputeront du 15 au 23 août à Berlin. Pour aller en Allemagne, il faut avoir réalisé ces fameux minimas au cours de la saison qui s’achève, ou briller à ces “nationaux”, voire les deux. Ici se trouvent donc les derniers billets berlinois. À Angers, la compétition nationale sera le berceau d’un duel très attendu aujourd’hui entre Romain Mesnil (et non, il ne fait pas que courir nu dans les rues de Paris) et Renaud Lavillenie qui vient d’entrer dans le club très fermé des hauts perchés à plus de six mètres, en réalisant la meilleure perf mondiale de l’année, à 6,01 mètres.
Quant à ceux qui gardent les pieds sur terre, Patricia Girard est de retour sur 100 mètres haies, comme Christine Arron sur 100 mètres, ou Medhi Baala sur 1500 mètres, sacré champion de France de la distance, vendredi 24.

Lame de fond
Après le plongeon (et la quatrième place de Matthew Mitcham à 10 mètres), la course en eaux vives – oui, la mer, carrément, à Ostie, des courses de 5 à 25 kilomètres – et la natation synchronisée, les championnats du monde de natation se poursuivent avec la course en ligne à partir de dimanche. La course en ligne, c’est celle que l’on connaît le mieux, entre deux flotteurs.

Pour les profanes, ce sont les catégories nageurs lents, moyens, rapides pendant que les petits et leurs parents barbotent à droite et que l’aquagym va commencer à gauche. Dans les grandes compétitions, huit lignes d’eau, plus une de chaque côté pour les border afin d’atténuer l’effet vague.

Grosse vedette des Mondiaux de Rome, la combinaison, encore elle. Allez, on vous fait une dernière fois l’érotisme du dévêtu fragmentaire… du vêtement que l’on est obligé-e d’enfiler avec des gants pour ne pas le déchirer. Celui que le camarade – voire l’adversaire – dézippe à la fin d’une course, presque comme si l’athlète voulait crier “Corps, sors de cette combi!”.

Une dernière fois car la Fédération internationale de natation (FINA) a décidé vendredi d’interdire cette deuxième peau à compter du 1er janvier 2010. Tous en maillot, donc, mais ne rêvez pas, tous ne devraient pas revenir au timbre-poste (les cuissards sont autorisés).

On en oublierait presque les athlètes attendus à Rome: Alain Bernard pour un duel prometteur sur le 100 mètres avec l’talien Filippo Magnini, Federica Pellegrini, celle qui a plusieurs fois amélioré le record du monde du 400 mètres nage libre de Laure Manaudou, aujourd’hui en congé sabbatique. Coralie Balmy, sur la même distance; Michael Phelps qui ne tente pas huit médailles comme aux Jeux de Pékin mais seulement… six, sur 200 mètres – une nouveauté pour lui –, 100 mètres et 200 mètres papillon, et les relais.

Ça brille à Evian
Pour sa vingtième édition, l’Evian Masters, étape du circuit européen et américain de golf, s’enorgueillit avec raison d’accueillir huit des dix meilleures joueuses du monde, dont la première de celles-ci, Lorena Ochoa. La Mexicaine a remplacé au sommet la Suédoise Annika Sorenstam, aujourd’hui retraitée. Déjà victorieuse de deux épreuves majeures (le Bristish Open en 2007 et le Kraft Nabisco en 2008), la joueuse, qui jouit d’une excellente réputation dans le milieu, vise la victoire dans cette prestigieuse étape des deux circuits.
À suivre également, l’Américaine Michelle Wie, joueuse toujours prometteuse qui joue sur le circuit professionnel depuis cinq ans mais qui, à 19 ans, n’a pas encore confirmé. Patience, patience.

Rafales au Mont Ventoux
C’est l’explication finale sur le Tour de France et quelle explication! Une petite virée au Mont Ventoux pour décider de ce qui devrait être le podium de la Grande Boucle 2009. Derrière Alberto Contador, le maillot jaune, Andy Schleck (2e) et Lance Armstrong (3e) peuvent voir leurs places chipées car du rang numéro 2 au numéro 6, les concurrents se tiennent dans un mouchoir de secondes.

Le Mont Ventoux, aussi appelé Mont Chauve, ce n’est pas une mince affaire. Montée de 23 kilomètres, arrivée à près de 2000 mètres, un sacré cagnard et du vent. Peut être un point d’orgue passionnant après une cuvée 2009 trop plate (si l’on peut dire) pour rester dans les annales.

Demain, arrivée sur les Champs-Élysées, la routine, sauf si Mark Cavendish améliore le record du nombre de victoires d’étape au sprint sur un Tour de France (6).

Éclaircie à Toulon
Il a rejoué! Un match amical entre Toulon, son nouveau club, et Brives (9-3), vendredi. Johnny Wilkinson est de retour sur les pelouses et cela fait tellement plaisir à voir. Quelques minutes, seulement, pour retrouver son style. Le génial numéro 10 du XV d’Angleterre, formidable distributeur du jeu, botteur-métronome, mais à la carrière régulièrement perturbée par les blessures, n’a pas encore abdiqué face à un corps capricieux. Tant mieux pour le rugby.

Petite dépression aux Abymes
Elle s’en va, et avec elle c’est encore un peu de cette fameuse génération 1979 du tennis féminin français qui s’émiette. Née aux Abymes, en Guadeloupe, un 21 février, Nathalie Dechy a tiré sa révérence cette semaine. Elle a 30 ans, elle attend un enfant, elle souhaite poser les valises. On comprend, mais on est un peu triste. Grande fille toute simple, loin des apparences, Nathalie Dechy s’en va avec un beau palmarès en bandoulière: demi-finale aux Internationaux d’Australie en 2005, une onzième place mondiale en janvier 2006. Elle a remporté deux fois le double de l’US Open en 2007 et 2008, avec respectivement Vera Zvonareva et Dinara Safina, et le double mixte de Roland Garros en 2007, avec Andy Ram.
Nathalie Dechy fut aussi une bonne joueuse de Fed Cup. C’est elle, qui en avril dernier, aux côtés d’Amélie Mauresmo, avait apporté le point de la victoire en double dans le match de barrage qui opposait la France à la République Tchèque, épargnant ainsi à l’équipe une descente dans la deuxième division du tennis mondial. Amélie Mauresmo, désormais dernière représentante prestigieuse de la génération “79”.