Si la ministre de la Santé pensait passer un été tranquille, c’est raté. Dans une lettre ouverte très offensive, Act Up-Paris et le Sneg interpellent Roselyne Bachelot-Narquin sur l’absence de campagne spécifique de prévention du VIH en direction des gays.

Premier motif de la colère des deux organisations: le groupe d’experts sur la « prévention homo » ne s’est pas réuni depuis deux ans, et selon leur communiqué de presse, en deux ans, « l’Inpes n’a produit aucune nouvelle campagne en direction de la population homosexuelle. Ni consultation, ni réunion, ni nouvelles campagnes ciblées. Rien. » Act Up-Paris et le Sneg rappellent qu’en deux ans, on estime que « près de 4500 homosexuels se sont contaminés ». « Combien en faudra-t-il encore pour que vos institutions réagissent et que des campagnes ciblées et explicites voient le jour? », ajoutent-elles.

Le 25 juin, deux jours avant la Marche des fiertés, Act Up-Paris avait adressé une lettre ouverte à la directrice de l’Inpes, Thanh Le Luong, pour faire part de ses revendications (lire sur la communauté). L’association, avec le Sneg, affirme toujours attendre une réponse de Madame Le Luong et s’adresse donc directement à Roselyne Bachelot-Narquin, en reconnaissant qu’elle leur a accordé « son soutien sur certaines actions ou la mise en place de projets ». La principale demande concerne l’affectation « des crédits qui devaient être attribués à la réalisation de campagnes ciblées homo ».

Campagne prévention ParisDe son côté, la Mairie de Paris lance sa campagne de prévention d’été. Elle a sollicité de jeunes graphistes de l’École professionnelle supérieure d’arts graphiques et d’architecture de la Ville de Paris pour participer à la réflexion et à la conception de cette campagne et c’est le projet de Sofia Proisylesnik, étudiante, qui a été retenu pour cette campagne d’été 2009. Les deux visuels seront affichés dès le 15 juillet sur 880 panneaux du réseau municipal. Réussie ou pas, cette campagne? À vous de nous le dire dans vos commentaires.