Le 2 juillet dernier, après plusieurs mois d’insultes et de harcèlement, Priscilla et Cynthia étaient victimes d’une agression physique en bas de chez elles, dans la cité des Gerbaux, à Épinay-sous-Sénart, dans l’Essonne. Leurs quatre agresseurs ont aussitôt été interpellés, mais tous les quatre – dont trois sont mineurs – ont très vite été libérés, ce qui a obligé les deux jeunes femmes à quitter leur domicile (lire aussi notre article).

Après avoir témoigné dans Le Parisien, elles ont accepté de répondre aux questions de Yagg. Elles reviennent sur les mois qui ont précédé le passage à l’acte, expliquent pourquoi elles ont voulu parler à visage découvert, et ce qu’elles attendent de la justice:

Pour l’avocate du couple, Caroline Mécary, Priscilla et Cynthia sont non seulement victimes d’homophobie, mais également d’un dysfonctionnement de la justice. Soulignant le travail remarquable de la police, elle dénonce une décision politique, dont la conséquence est l’inégalité de traitement qui touche les victimes d’agressions homophobes:

Ailleurs sur la toile:
Le communiqué de SOS homophobie
Le communiqué commun du Collectif contre l’homophobie (CCH) et de la Coordination lesbienne en France (CLF)