Christian Vanneste vient d’être débouté en appel de sa plainte contre Jean-Luc Romero. Le député du Nord avait porté plainte pour «diffamation publique envers un citoyen chargé d’un mandat public», suite à ce  commentaire d’un internaute sur le blog du conseiller régional d’Île de France: «Il va vous faire le coup de son habituelle démagogie: « Non mais je n’ai rien contre les homos (je souhaite juste leur extermination dans des chambres à gaz) »». La Cour d’Appel a reconnu le caractère diffamant des propos, mais a conclu que Christian Vanneste était diffamé en tant que personne, et pas en tant que député.

Nous avons joint par téléphone Jean-Luc Romero, qui participe actuellement à un congrès sur le sida à Porto. Le président d’Élus locaux contre le sida se « félicite » de cette décision. »Monsieur Vanneste a une façon très sélective de s’attaquer à ceux qui le critiquent, puisqu’il s’attaque aux associations LGBT et aux personnalités gays. Il a perdu contre Bertrand Delanoë et il vient de perdre contre moi. »

Caroline Mécary, l’avocate de Jean-Luc Romero, se dit également « très satisfaite » de la décision: « C’est la très bonne nouvelle de la journée. Avec cette affaire, Monsieur Vanneste voulait régler ses compte avec Jean Luc Romero. Ce que la cour d’appel a clairement dit, c’est que la liberté d’expression vaut pour tout le monde, et pour Christian Vanneste et pour Jean-Luc Romero.  »

Il faut sans doute rester prudent, Christian Vanneste ayant encore la possibilité de se pourvoir en cassation. Ce qui lui a déjà réussi, puisque dans l’affaire de la « menace pour l’humanité » (lire notre article), le député avait perdu en première instance et en appel, avant de se voir donner raison par la Cour de cassation. L’arroseur n’est donc pas encore totalement arrosé.