Après avoir appris aux gays comment « Survivre avec les gouines », Maxime Donzel apprend cette semaine aux lesbiennes comment « Survivre avec les pédés », lesquels se retrouvent ainsi joyeusement habillés pour (le reste de) l’hiver.

GUIDE DE SURVIE N°5: « SURVIVRE AVEC LES PÉDÉS », PAR MAXIME DONZEL
Je vous parlais la semaine dernière du phénomène des pédés à gouines, mais il existe bien sûr le phénomène inverse de la gouine à pédé. Si tu es fatiguée de ton squat non-mixte de lesbiennes radicales et que tu prendrais bien des vacances avec des membres du sexe opposé, sans pour autant avoir à essuyer des réflexions du genre « mon rêve ultime c’est de coucher avec deux filles, ça te dit? », tu peux choisir d’intégrer le monde merveilleux des pédés. Voici un petit guide pour les supporter sans devenir folle (« jeu de mot pourri_penser à éditer »).

Si tu traînes avec les pédés, tu devras apprendre à avoir un plan B à tout moment. Le pédé est un ami fidèle, mais il est prêt à te laisser tomber INSTANTANÉMENT si l’opportunité de baiser avec un bel Espagnol avec chemise ouverte sur poils se présente. Si tu es la seule lesbienne dans le groupe, tu cours donc le risque de te retrouver en mode « vestiaire » toute seule au bar du « Cockring » à minuit, avec le casque de moto de Jean-Mi, les manteaux de Nico et Pablo sous le cul, et entourée de 58 pédales qui t’ignorent.

Même si tu as l’habitude de parler de cul, attention, tu entres en territoire no limit/no pudeur. Tu peux te préparer psychologiquement à entendre parler de fromage de bite, de récurer des boîtes à Nutella, de comment Patrick prétend que depuis qu’il fait de la gym, il peut rompre le frein d’un mec juste en serrant les fesses, enfin, de choses dont tu ne comprends pas bien en quoi ça a un rapport avec le plaisir. Si la conversation prend un tour qui te donne vraiment envie de renvoyer ton burger, prend les choses en main, et lance un sujet auquel ils ne résisteront pas, comme:

  • nouveau clip de Britney: hot or not?
  • les stickers muraux: in or out?
  • les bananes font-elles grossir?

Il existe une machine très secrète, enfermée dans une cave du sous-sol du Château Marais, et dont seuls les dj pédés ont la clé. Le Gay-izateur. C’est simple, tu prends un morceau de musique, n’importe quoi, une symphonie de Beethoven, un morceau triste d’Alanis Morissette, ou un tube du moment. Tu le mets dans le Gay-izateur, tu appuies sur le gros bouton rose. La moulinette se met en route, tu attends un peu et pof! Tu as un remix dancefloor tout pourri ounch ounch ounch que tu peux passer dans une soirée et tous les pédés se mettent à dandiner du cul. Tu vas trouver ça pénible au début mais avec le temps, ton sens musical sera complètement perverti et tu ne sauras apprécier aucune musique qui
ne te donne pas l’opportunité de danser en faisant des mouvements à haute connotation sexuelle. Ajoute un poteau au milieu du dance-floor
et tu perdras définitivement toute dignité.

Ne te trompe pas, le pédé ne cherche pas à te faire conformer au modèle hétérosexiste, il se contente de peu, mais il veut avoir l’impression qu’il a un impact. Pas besoin  de transformer ta vie en profondeur pour le faire piailler comme une débutante. Une jupe enfilée pendant une demie-heure, trois pas maladroits esquissés en talons aiguilles, une touche de rouge à lèvre « pour rigoler », le pédé ne te demandera pas de
devenir femmissime. Tout ce qu’il cherche c’est que tu lui prouves qu’il s’y connaît en attributs traditionnels féminins. Offre-lui la
possibilité de te montrer qu’il sait mieux que toi comment on met du blush et il te jurera amitié éternelle. C’est pas cher, c’est pas
long et pas si relou que ça, et franchement le jeu en vaut la  chandelle puisque tu n’auras plus à payer un verre de la soirée.

Le pédé a souvent oublié de faire son éducation féministe, il était trop occupé à chercher « Gyllenhaal torse nu » sur Google (par ici les referers). « Le deuxième sexe » il pense que c’est une chanson d’Indochine, et Monique Wittig une actrice de cinéma italienne. Alors ravale ta valda et vas-y doucement. Le pédé a tout ce qu’il  faut pour devenir féministe, il faut juste pas le brusquer, c’est  seulement qu’il a du mal à se voir en oppresseur qui s’ignore, après dix ans de persécution par Oliver Bourreau de la 5e B. Fais-lui lire des trucs fastoches comme King Kong Théorie de Virginie Despentes, en sous-entendant qu’on y parle de la bite géante de King Kong, question qu’il reste motivé.

En langage pédé, t’accueillir en te disant « c’est une soirée pyjama? j’ai pas eu le mémo » juste parce que tu as mis des « vêtements confortables », c’est une manière de te dire « je t’aime bien ». Le pédé insulte rarement les gens qu’il n’aime pas, il les ignore. Tu dois donc t’accoutumer au torrent d’insultes qui va fuser dans ta direction, et l’accepter avec grâce et dignité. Tu peux aussi lire mon « guide de survie: être connasse » pour essayer de participer à la bataille.

Tu peux essayer d’initier tes pédés à certaines de tes activités favorites, mais attention, ça risque de se transformer en massacre. Un billard par exemple, est une très mauvaise idée. Un jeu qui contient des boules, des trous et des queues, c’est la porte ouverte à une heure de jeux de mots de très mauvais goût qui fera monter le niveau de phéromone et finira probablement en soirée au sauna (voir première catégorie: avoir un
plan B). Propose-leur plutôt de leur apprendre à faire de la moto, au pire ils se désintéresseront vite et t’emprunteront juste ton casque pour une soirée « motards et grosse pompes » (où il n’y a bien sûr jamais de motards, mais plein d’amis de lesbiennes).

Les pédésexuels ont décidé en 1973 que les règles de l’art pouvaient être modifiées, et que des photos moches en noir et blanc d’hommes torse nu (sans la tête) c’était vraiment très beau. Si tu traînes avec des pédés donc, prépare-toi à devoir mentir et dire que oui c’est vraiment très
joli ce cliché de deux corps d’hommes enlacés, que les ombres sur les pectoraux relèvent en effet toute la profondeur de la détresse
humaine, avec cette lueur d’espoir sur le téton qui intervient dans l’œuvre comme une torche allumée sur le cœur de l’artiste. Tu risques d’avoir un peu de vomi qui remonte dans ta bouche donc apporte des shwings.

La majorité des pédés ont un ÉNORME problème: leur fille à pédé. Si tu te met à fréquenter les gays, tu empiètes sur leur territoire. Et c’est très dangereux. N’oublie jamais: la fille à pédé est complètement tarée. Borderline psychopathe. Et pas la peine d’alerter tes copains que tu l’as chopée en train de renifler leurs slips sales, ils ne te croiront jamais, ils sont sous son emprise maléfique. Et tu deviendras dès lors son ennemie, elle t’accusera d’avoir dit du mal de jean-patou, provoquant précisément le genre de drames que tu voulais éviter en prenant des vacances de tes copines gouines. Une seule solution: t’en débarrasser définitivement. Malheureusement le meurtre est encore interdit par la loi, donc je te déconseille cette option (dommage! Oh je rigole. Mais tu sais que j’ai raison). Il ne te reste plus que deux possibilités: l’endormir et l’envoyer en Alaska par container, ou lui trouver un mec. Bonne chance.

Vous aimez les guides de survie? Devenez fan de Maxime Donzel sur Facebook.

Pour lire les autres guides de survie, cliquez ici.