Que serait la lutte contre le sida sans les femmes? Nous ne le soulignerons jamais assez mais nombreuses sont les médecins, les chercheuses, les militantes associatives, les politiques qui ont pris à bras le corps cette épidémie. C'est une femme, Françoise Barré-Sinoussi, aujourd'hui prix Nobel de
médecine, qui a découvert le virus responsable du sida, le VIH, en
1983. Une femme, encore, Line Renaud, qui, sur les pas de Liz Taylor aux États-Unis, fut la première artiste à se mobiliser. En 1986, Michèle Barzach fut la première ministre de la Santé à mettre en place des mesures de prévention (campagnes de prévention, vente libre des seringues).

C'est pourquoi Yagg est très heureux que le Pr Christine Katlama ait
accepté notre invitation pour participer au chat mensuel que nous
consacrons au VIH. Après François Sagat le mois dernier, Christine Katlama répondra en direct à vos questions le mercredi 21 janvier, de 18h30 à 19h30, sur Yagg.

Lire la suite pour en savoir plus et comment participer au chat…

Médecin à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière, à Paris, le Pr Katlama a commencé à s'occuper du sida dès 1982 et depuis, elle n'a cessé de lancer de nouvelles pistes pour le traitement. Ainsi, c'est elle qui à la fin des années 90, a proposé des mégathérapies, un cocktail de très nombreux antirétroviraux, pour faire barrage au virus chez les patients en échec. Une stratégie qui s'avérera payante. Très impliquée dans la recherche clinique, membre de l'Action coordonnée de l'ANRS sur ce sujet, on ne compte plus les essais thérapeutiques qu'elle a mené.

Christine Katlama a aussi le souci de la précision et de l'information des équipes soignantes et des patients. Elle a également publié de nombreux ouvrages sur le sida, ici et dans les pays africains.

Lors du chat sur Yagg, mercredi prochain, elle répondra à toutes vos questions sur les traitements du VIH, l'état de la recherche, les étapes encore à franchir, la lutte contre l'épidémie au niveau mondial.

Vous pouvez dès à présent poser vos questions à Christine Katlama en cliquant ici.

Ce chat reçoit le soutien financier des laboratoires MSD-Chibret. Conformément à la législation en vigueur, ce laboratoire n'intervient pas sur les choix éditoriaux et sur le contenu des chats.