Le nom du producteur Claude Berri, mort aujourd'hui à l'âge de 74 ans, restera surtout associé à quelques-uns des plus grands succès du cinéma populaire français de ces trente dernières années. Ne citons que Bienvenue chez les Ch'tis, Inspecteur La Bavure, ou encore la série des Astérix. Mais Claude Berri, celui que certains surnommaient "le chef de famille" du cinéma français, savait aussi défendre le cinéma d'auteur et était, comme le décrit la Cinémathèque française dans son hommage, "un homme de passion et d’engouement".

Dans l'histoire de l'homosexualité dans le cinéma français, Claude Berri tient une place à part. Il a produit trois des films de Patrice Chéreau, dont L'Homme blessé en 1983 (photo), l'un des premiers scénarios français sur une histoire d'amour (compliquée) entre hommes. Ce film, qui se déroule en grande partie dans les pissotières de la Gare du Nord, à Paris, créa un choc au Festival de Cannes à l'époque. Douze ans plus tard, en 1995, c'est l'amour lesbien qui est au cœur de Gazon Maudit, de Josiane Balasko, où le couple Balasko-Abril fait des étincelles. Claude Berri avait également été le producteur du dernier film de Jacques Demy, Trois Places pour le 26, en 1988.

Christophe Martet