C'est la pause hivernale pour les séries américaines. Pour certaines d'entre elles, la totalité des épisodes a déjà été diffusée, pour d'autres, le chemin n'est qu'à moitié fait. Les personnages homos y connaissent des sorts variés, de la banalisation la plus complète à l'éviction pure et simple car trop dérangeants.

Aujourd'hui, Yagg revient sur la première partie de Grey's Anatomy, saison 5. Attention, spoilers!

Callie Torres serait-elle la nouvelle Kerry Weaver? Il y a peu de points communs entre Grey's Anatomy et Urgences, où évoluent respectivement les personnages pré-cités. Sauf peut-être en ce qui concerne le traitement réservé aux personnages lesbiens.

La quatrième saison des aventures de Meredith Grey et Cie s'était terminée sur un beau baiser échangé par Callie Torres et Erica Hahn. Shonda Rhimes, la créatrice de la série, avait même engagé des consultantes lesbiennes pour trouver le moyen le plus juste de traiter la passion naissante entre deux femmes qui se pensaient hétérosexuelles. Le début de la cinquième saison tient à peu près ses promesses. Après des débuts hésitants, les deux femmes finissent par s'ouvrir l'une à l'autre. On retiendra notamment cette scène (vidéo ci-dessus), dans le sixième épisode, où Erica (magnifique Brooke Smith) compare sa première nuit d'amour avec Callie à la première fois où elle a mis des lunettes. S'il y a eu une plus belle scène de coming-out dans une série récemment, on peine à s'en souvenir. En voici une retranscription:

"Toute ma vie, toute ma vie d'adulte, j'ai été avec des hommes. Ça a toujours été… pas mal… bon. Mais jamais, jamais comme ça. C'est comme avoir besoin de porter des lunettes. Enfant, je souffrais de maux de tête. Je suis allée chez un docteur et on m'a dit que j'avais besoin de lunettes. Je n'ai pas compris, ça n'avait pas de sens pour moi, parce que je voyais bien. Et puis, on me donne des lunettes. Je les mets. Et dans la voiture, soudain, je crie. Parce que les grosses taches vertes que je voyais depuis toute petite n'étaient pas de grosses taches vertes. C'était des feuilles. Sur les arbres. C'étaient des feuilles que j'arrivais à voir. Je ne savais pas que les feuilles me manquaient, je ne savais même pas qu'elles existaient. Et puis, soudain, des feuilles! Tu es comme des lunettes. Je suis tellement gay! Je suis tellement, tellement, tellement gay! Je suis extrêmement gay! (…)"

VIRÉE SANS MÉNAGEMENT
Et puis patatras. Brooke Smith est virée sans ménagement de la série. Shonda Rimes évoque, sans convaincre, un "manque  d'alchimie" entre les personnages. Étrange, alors que l'impression qui dominait entre celles que le site Afterellen.com avait déjà nommé les Callica, était justement à l'opposée. Mais peut-être était-ce trop pour les cadres d'ABC, la chaîne qui diffuse la série?

Et c'est là que le parallèle avec Urgences vient à l'esprit. La liaison de Kerry Weaver avec la psychiatre Kim Legaspi? Elle a fait long feu et Kim Legaspi a été virée. Celle avec le pompier Sandy Lopez? Pas souvent à l'écran, et le personnage meurt dans la dixième saison (elles s'étaient rencontrées dans la huitième).

C'est d'autant plus dommage pour Grey's Anatomy que l'histoire Callie-Erica était sans doute l'une des plus intéressantes de la saison. Meredith Grey et Derek Sheperd continuent à jouer à "Je t'aime moi non plus", Alex et Izzie jouent toujours au chat et à la souris, Christina Yang joue toujours à la fille dure et George joue à on ne sait quoi tellement il est transparent cette saison — T.R. Knight, qui l'incarne, envisagerait d'ailleurs de quitter la série.

SERIOUSLY
Reste les nouveaux personnages pour tenter de nous distraire du départ d'Erica Hahn. Il y a Saddie, la nouvelle interne, ancienne copine d'école de Meredith. Le personnage, interprété par Melissa George (vue notamment dans Alias), devait être lesbien ou bi. Pour l'instant, on n'a assisté qu'à un petit flirt avec le Dr Torres. Et puis, il y a la remplaçante de Hahn à la chirurgie cardio-vasculaire. Mary McDonnell dansait jadis avec les loups, saura-t-elle faire de même avec les chirurgiens nunuches de Seattle Grace?

Même s'il n'y a rien de plus agaçant qu'un fan de série qui lance une pétition pour "sauver" un personnage, il est difficile de ne pas être amer devant ce début de cinquième saison. Si les producteurs sont assez clairvoyants pour déceler un manque d'alchimie entre deux personnages aussi intéressants que Callie et Erica, comment se fait-il qu'au même moment où la seconde est virée, on ramène à la vie avec d'aussi grosses ficelles le personnage de Denny Duquette, censé illustrer la dépression nerveuse d'Izzie Stevens?

Il reste aux producteurs et scénaristes une demie-saison pour trouver à Callie Torres un sort sentimental un peu plus enviable que celui de Kerry Weaver dans Urgences. Et se faire pardonner l'éviction d'Erica Hahn. Donner, c'est donner, reprendre c'est voler. Alors au boulot! Seriously.

Xavier Héraud