Hier, mercredi 10 décembre, les gays et les lesbiennes des États-Unis et ceux qui les soutiennent étaient invités à se faire "porter gay" au travail et à ne pas dépenser d'argent ailleurs que dans des commerces homos (ce qui est paradoxal, s'ils respectent eux-mêmes le Day Without A Gay), afin de démontrer le poids économique de la communauté LGBT (lire notre article). Ce n'était pas censé être un jour de vacances, ce temps libre devait être employé à faire du bénévolat. Ce "Day Without A Gay" (Un jour sans gay) était organisé pour protester contre l'adoption de la Proposition 8 en Californie, et contre les discriminations à l'encontre des personnes LGBT en général. Alors, succès ou fausse bonne idée? Yagg a fait le tour du web pour en savoir plus.

Tout d'abord, soyons clairs: être malade ou gay, c'est la même chose! La preuve par l'image sur Two Lesbos Goin At It.

Deux analyses sur l'efficacité d'une telle action, qui vont sensiblement dans le même sens (une bonne idée mal mise en œuvre), sur Queerty et sur AfterEllen.com.

Les objections principales de ceux qui n'ont pas suivi:
– la situation du marché du travail et la nécessité de faire son coming-out, ce qui n'est pas toujours possible— Day Without A Gay proposait d'ailleurs des alternatives—,
– l'absurdité de se rendre invisible pour accroître la visibilité des homos (l'idée fait d'ailleurs rigoler sur Fox (qui n'est pas franchement une chaîne gay-friendly), à voir sur Towleroad),
– "Je travaille pour une entreprise gay-friendly, je ne peux pas les pénaliser",
– "Je ne peux pas me permettre de perdre une journée de salaire".

L'impact économique a donc été assez faible, selon l'AFP, mais les organisateurs sont satisfaits des retombées médiatiques, à retrouver notamment sur Queerty. Et les homos ont au moins réussi à mettre en rogne Ruben Diaz Sr, sénateur de l'État de New York, démocrate mais pas gay-friendly pour autant.

Ce qui est particulièrement intéressant sur la toile aujourd'hui, ce ne sont pas tant les articles publiés (beaucoup l'étaient déjà hier) que les commentaires. Ne les ratez pas!
La plupart des sites homos, comme celui du magazine The Advocate, Velvetpark ou Pam's House Blend, appelaient leurs internautes à raconter leur journée.

Les internautes de Libération ont également donné leur avis après l'article publié hier.

Avec son humour habituel, Dorothy Snarker anticipait la journée avec une sélection de photos très… lesbiennes. Tandis que Two Lesbos Goin At It publiait un post on ne peut plus clair.

Judith Silberfeld