Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 08/03/2015
14:00 - 16:00

Emplacement
Musée Dapper

Catégories


« Usages de l’érotisme », rencontre dans le cadre de la manifestation Mahogany March* Dakan et Karmen Gei ont fait date dans le cinéma de l’Afrique francophone au sud du Sahara. Ces films explorent des expériences intimes réprimées et réduites au silence dans le pays d’origine des réalisateurs (Guinée, Sénégal).   Un dualisme réducteur a caractérisé la réception des oeuvres de Mohamed Camara et Joseph Gaï Ramaka. En France et aux États-Unis, un concert d’acclamations a salué des films perçus comme transgressifs et progressifs. Au Sénégal et en Guinée, des crispations identitaires et la dynamique oppositionnelle entre l’Afrique et l’Occident ont favorisé un discours sur la corruption des moeurs conçue comme un produit dérivé du néo-colonialisme. Qu’il soit laudatif ou réprobateur, le propos empêche d’aller au-delà de ce que l’on voit pour réfléchir aux paramètres discursifs et scéniques de la mise en images de ce qui est a priori interdit, secret ou criminalisé. Considérées comme dangereux ou prometteurs, Dakan et Karmen Gei confondent le dépassement de la limite et son abolition. Franchir la limite, ce n’est pas s’en affranchir. Les effets de perméabilité morale inhérente aux politiques de représentation de l’homo-érotisme reproduisent le conformisme hétéro-patriarcal prétendument dénoncé. Il s’agira de déconstruire l’esthétique filmique à partir des limites de la transgression. Des extraits tirés des films évoqués seront projetés lors de cette communication. Ils ne sont pas recommandés aux mineurs. Réservation conseillée sur le site du Musée Dapper.

Bookings

Les réservations sont closes pour cet événement.