événement  |  07.10.2015 - 16 h 32  |  0 COMMENTAIRE

98ème RéPI d’Act Up-Paris : TDS et VIH

  • École nationale supérieure des beaux-arts de Paris
  • 14 rue Bonaparte, Paris
  • 08/10/2015
  • 19:30 - 22:00
  • 0,00 €

Travail du sexe et VIH
du délit de racolage à la pénalisation des clients : des contaminations politiques?

10 ans après la première Réunion Publique d’Information d’Act Up-Paris consacrée au travail du sexe et au VIH, après l’adoption de la Loi de Sécurité Intérieure, instaurant le délit de racolage passif, nous nous penchons à nouveau sur le sujet, alors que le travail du sexe est au coeur du débat parlementaire autour de la proposition de loi soutenant la pénalisation des clients.

Qu’ont provoqué 10 ans de répression policière étatique et municipale sur les conditions sanitaire et d’activité des travailleuses du sexe?
Alors qu’elles se sont mobilisées dès le début de l’épidémie du sida en faveur de leur propre protection contre le virus, comment la gèrent-elles aujourd’hui, individuellement et collectivement?
Quel est l’apport des associations communautaires et de lutte contre le sida, dans la prévention, le dépistage et la mise sous traitement des travailleuses?

Ces multiples axes seront développés par nos intervenantEs :

– Dr Anaenza Maresca, AP-HP
– Tim Leicester, Coordinateur à Médecins du Monde
– Flo Arnould, psychothérapeute sexothérapeute
– Françoise Gil, sociologue

Jeudi 8 octobre 2015, dès 19h30

Beaux-Arts de Paris
Amphi du Murier
14 rue bonaparte 75006 PARIS
M° saint-germain-des-prés / louvre rivoli

Article sur le site de Act Up-Paris http://www.actupparis.org/spip.php?article5440

Print This Post
Photo du profil de Act Up-Paris
Publié par Act Up-Paris
Act Up a été fondée à New York en 1987 et a ensuite inspiré la création d’autres groupes dans le monde. Act Up-Paris a été créée en 1989. *** Act Up-Paris, qu’est-ce que c’est ? *** C’est une association de lutte contre le sida. Issue de la communauté homosexuelle, elle rassemble des personnes séropositives, des militantEs concernéEs par la maladie, des hommes, des femmes, trans’, lesbienne, gai, bi, hétéro, pour qui le sida n’est pas une fatalité. Au-delà de nos histoires personnelles, nous pensons que des réponses politiques doivent être apportées à cette épidémie. Vaincre le sida n’est pas du seul ressort de la médecine : cela dépend avant tout de la volonté de celles et ceux qui font, en France et dans le monde, les politiques de santé. *** Pourquoi des actions spectaculaires ? *** Le sida intéresse trop peu les décideurEs et les médias. Comment sensibiliser l’opinion publique aux problèmes posés par la pandémie et aux dysfonctionnements des pouvoirs publics si les principaux relais de communication ne s’intéressent pas à celles et ceux qui sont le plus durement touchéEs par le sida et ne leur donnent pas la parole ? Nos actions visent à combler ce déficit d’images et de paroles. Il s’agit de mobiliser les médias autour d’actions rapides, ponctuelles, non-violentes, et spectaculaires : les zaps. Notre but est de susciter de l’information, de provoquer des réactions, de mettre à jour des problèmes spécifiques, d’inviter “ les spectateurs et spectatrices ” à répondre et à se situer, d’exhiber la violence à laquelle nous sommes confrontéEs. La colère est au départ de notre engagement : nous entendons la transformer en acte politique d’interpellation publique. *** Act Up ne fait-elle que des zaps ? *** Non. La lutte contre le sida implique d’être présent sur tous les fronts. Il faut sans cesse que nous forgions, entretenions et diffusions une expertise sur tous les aspects de la maladie : thérapeutique, social, économique, légal, etc. Pour participer pleinement à toutes les décisions qui sont prises et qui nous concernent, nous devons travailler pour comprendre des sujets extrêmement techniques pour parler d’égal à égal avec nos interlocuteurs. Nous diffusons cette information par tous nos relais (les revues Action et Protocoles, le glossaire, le guide des droits sociaux, le site internet) nous sommes devenuEs ainsi un média à part entière. Il faut sans cesse que nous exercions un travail de lobbying, que nous soyons des interlocuteurs/trices, à part entière des politiques, des laboratoires pharmaceutiques, et des institutions chargées de l’organisation de la recherche, des soins ou de la prévention. Il faut donc être dans la rue, dans les médias et dans les institutions. C’est dans tous les espaces publics que se joue la lutte au quotidien contre le sida. *** Sur quoi travaille Act Up-Paris*** Améliorer les politique de prévention, défendre les droits des séropos à un revenu, un logement, lutter contre le démantèlement du système de soins, contre les discriminations faites aux homos, trans, étrangErEs, usagErEs de drogue, se battre pour l'égalité réelle des droits, notamment pour l'ouverture du mariage aux couples de même sexe, l'adoption, etc., vider les prisons des malades, des usagErEs de drogues, des migrantEs, obtenir un revenu d'existence maximum, mettre en place de nouveaux dispositifs de réduction des risques pour les usagErEs de drogue, faire reconnaître les spécificités féminines de l'infection, se battre pour une recherche indépendante, dotée de moyens et respectueuse des intérêts des personnes concernées, etc, etc.
Profil
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

  • Publicité
  • << juin 2017 >>
    lmmjvsd
    29 30 31 1 2 3 4
    5 6 7 8 9 10 11
    12 13 14 15 16 17 18
    19 20 21 22 23 24 25
    26 27 28 29 30 1 2
  • Publicité
  • Carte de l'événement

    Chargement de la carte…
  • Les participants

    Les réservations sont closes pour cet événement.