Tous les ans, les militant-e-s de l’association LGBT (lesbienne, gay, bi, trans’) russe GayRussia organisent une gay pride à Moscou. Tous les ans, cette gay pride est interdite par les autorités moscovites. Le 21 octobre 2010, la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) a condamné la Russie pour les interdictions de 2006, 2007 et 2008. Autorisée ou non, la manifestation du 28 mai 2011 allait donc être historique: soit parce que ce serait la première Moscow Pride légale, soit parce que ce serait la première interdite en violation de la décision de la CEDH.

Le 25 mai, je suis partie à Moscou, caméra au poing (je suis plutôt une journaliste de l’écrit d’habitude), et j’ai passé les quelques jours entourant la gay pride avec les activistes russes, mais aussi quelques militants venus de France, des États-Unis ou d’Angleterre pour apporter une visibilité internationale à l’événement.

Ce reportage en 3 parties (avant, pendant, après), volontairement écrit à la première personne, raconte les réunions d’organisation, la conférence de presse et les soutiens apportés, les questions de sécurité, la Moscow Pride elle-même et les arrestations, les conséquences et les effets…

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Au cœur de la gay pride de Moscou (1/3)

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Au cœur de la gay pride de Moscou (2/3)

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Au cœur de la gay pride de Moscou (3/3)