Auteur : Yagg

/Spécial US 2008/ Judy Wieder, ex-rédactrice en chef de The Advocate: « Sauvez mon mariage! »

  Judy Wieder est une figure importante de la communauté LGBT aux États-Unis. Celle qui fut la rédactrice en chef de The Advocate, magazine homo de référence, lance un appel vibrant à voter "non" à la Proposition 8 en Californie. Yagg publie son texte. « SAUVEZ MON MARIAGE! » par Judy Wieder Amis, proches, bonnes gens, De ma vie, je n’ai jamais envoyé un tel email, une telle lettre, un tel mot ou un tel fax. Et malgré un titre totalement égocentrique, c’est de la liberté et de l’égalité de tous qu’il s’agit. Le 4 novembre, nous allons avoir droit à un nouvel épisode de cette âpre bataille à laquelle nous nous livrons en Californie autour du "mariage gay" (expression inexacte, d’ailleurs, comme "droits homos" — il n’y a pas de "droits homos" ou de "mariages gays", il n’y a que des droits égaux et des mariages égaux). Nous avons déjà vécu cette situation en 2000 avec la Proposition 22 de Pete Knight, et nous avions perdu. Grâce au maire de San Francisco Gavin Newsom qui s’est opposé à cette Proposition en mariant des homosexuels en 2004 et grâce, plus récemment, à la décision de la cour suprême de Californie de la juger contraire à la Constitution, Suzanne et moi avons pu nous marier le 24 août dernier. Je n’avais jamais pensé me marier. Cela n’avait jamais été très important pour...

Lire la suite

Mélanie Perrier, de Cineffable: « Dès que les nanas font des choses pour elles, on dit que ça fait ghetto! »

Le Festival international du film lesbien et féministe de Paris fêtait ses vingt ans le week-end dernier. Rencontre avec Mélanie Perrier de Cineffable, l’association organisatrice de cet événement au succès grandissant. En cette fin de matinée automnale, les odeurs de café chaud et de tartes salées se mêlent au travail sonore de Lucie Rocher. Le hall du Trianon, cette mythique salle de spectacle située au pied de la Butte Montmartre à Paris est une fourmilière colorée dans laquelle on discute, on rit, on partage. Entre femmes exclusivement. Car c’est l’un des principes du Festival international du film lesbien et féministe de Paris, qui après avoir connu les joies d’un cinéma de quartier du Ve arrondissement, puis l’"expatriation" en proche banlieue, au Kremlin-Bicêtre, a élu domicile dans ces murs depuis 2002. Cette année, l’aventure se voulait encore plus "globale", et pas uniquement cinématographique. Normal, la manifestation fêtait ses vingt ans. L’occasion de faire le point sur ce rendez-vous unique avec Mélanie Perrier, l’une des organisatrices. Vingt ans, cela commence à compter. Que de chemin parcouru depuis la toute première édition du Festival…C’est certain, le Festival a évolué, on n’en est évidemment pas au même point qu’il y a vingt ans. Lorsqu’il a débuté dans un petit cinéma de quartier, La Clef, dans le Quartier Latin, c’était dans une atmosphère très militante. Cela correspondait à l’époque. En fait, pas mal de...

Lire la suite