Auteur : Yagg

Séries télé américaines, le point à la mi-saison: Les dessous de « Grey’s Anatomy », saison 5

C'est la pause hivernale pour les séries américaines. Pour certaines d'entre elles, la totalité des épisodes a déjà été diffusée, pour d'autres, le chemin n'est qu'à moitié fait. Les personnages homos y connaissent des sorts variés, de la banalisation la plus complète à l'éviction pure et simple car trop dérangeants. Aujourd'hui, Yagg revient sur la première partie de Grey's Anatomy, saison 5. Attention, spoilers! Callie Torres serait-elle la nouvelle Kerry Weaver? Il y a peu de points communs entre Grey's Anatomy et Urgences, où évoluent respectivement les personnages pré-cités. Sauf peut-être en ce qui concerne le traitement réservé aux personnages lesbiens. La quatrième saison des aventures de Meredith Grey et Cie s'était terminée sur un beau baiser échangé par Callie Torres et Erica Hahn. Shonda Rhimes, la créatrice de la série, avait même engagé des consultantes lesbiennes pour trouver le moyen le plus juste de traiter la passion naissante entre deux femmes qui se pensaient hétérosexuelles. Le début de la cinquième saison tient à peu près ses promesses. Après des débuts hésitants, les deux femmes finissent par s'ouvrir l'une à l'autre. On retiendra notamment cette scène (vidéo ci-dessus), dans le sixième épisode, où Erica (magnifique Brooke Smith) compare sa première nuit d'amour avec Callie à la première fois où elle a mis des lunettes. S'il y a eu une plus belle scène de coming-out dans une série récemment, on...

Lire la suite

La fausse tribune anti-Caroline Kennedy de Bertrand Delanoë dans le « New York Times »

Bertrand Delanoë n'approuverait-il pas la candidature de Caroline Kennedy au siège de sénatrice de New York? C'est en tout cas ce qu'ont dû croire les lectrices et lecteurs du New York Times lundi. Le journal a en effet publié dans son édition papier et sur son site un faux courrier du maire de Paris qui s'en prenait vertement à la fille de l'ancien président des États-Unis. Caroline Kennedy avait fait savoir la semaine dernière qu'elle briguait la succession d'Hillary Clinton au siège de sénatrice de l'État de New York, cette dernière devenant la prochaine secrétaire d'État de Barack Obama. "Quel titre a Mme Kennedy pour pouvoir prétendre au siège d'Hillary Clinton?", s'interrogeait le faux Bertrand Delanoë dans le courrier. "Nous, Français, ne pouvons considérer cette démarche que comme dynastique de la part d'un clan Kennedy sur le déclin dans le pays de la Charte des Droits. C'est à la fois surprenant et révoltant." Contrairement à l'usage, le quotidien américain n'a pas pris soin de vérifier l'authenticité du courrier. La mairie de Paris a donc fait savoir que Bertrand Delanoë n'en était pas l'auteur. Virginie Christnacht, chef du service de presse à l'Hôtel de ville, a déclaré à l'agence Associated Press que la lettre était "un faux". "Ça n'a jamais été envoyé par Bertrand Delanoë. On a demandé au New York Times de publier un démenti, un correctif et des...

Lire la suite

Mariage: Rufus Wainwright remet les pendules à l’heure

Ses propos sur l'ouverture du mariage aux couples de même sexe, avaient causé un certain émoi, y compris à Yagg (lire l'article). L'auteur-compositeur et interprète Rufus Wainwright a tenu à préciser, sur son propre site, ses propos: "Je ne suis pas opposé, et je ne l'ai jamais été, au droit de quiconque à se marier — qu'il soit gay ou hétéro. Moi-même, je n'en ai pas envie en ce moment et je me sens très attaché au caractère "bohémien" des homosexuels, c'est-à-dire que la dernière chose que nous voulons, c'est être comme les autres. Mais qui sait, je suis le genre de fille qui aime bien avoir le choix. Un jour, peut-être, j'aurai envie de me marier. De plus, si l'on considère les questions de citoyenneté, d'impôts, d'héritage, il est frappant de voir que les couples gays n'ont pas les mêmes droits et les possibilité que d'autres. Et par rapport à l'Europe et au Canada, les États-Unis devraient avoir honte de la manière dont ils traitent l'amour. J'ai exprimé à de nombreuses reprises mon opposition à la Proposition 8 et je continuerai à le faire jusqu'à ce que le vote de ce référendum soit annulé. D'accord? Je dois retourner travailler maintenant." Dont acte. Xavier...

Lire la suite

Rufus Wainwright: « Je ne suis pas un grand fan du mariage gay »

Rufus Wainwright ferait-il son Elton John? Chaque année, l'auteur-compositeur-interprète américano-canadien organise avec sa famille (les McGarrigle et les Wainwright) et ses amis (Lou Reed, Emmylou Harris) un grand concert de Noël au prestigieux Carnegie Hall de New York. Le New York Press l'a interrogé à ce sujet et, entre autres, au sujet de la Proposition 8 en Californie. Voici ce qu'il répond: "Étrangement, je ne suis pas un grand fan du mariage gay. Personnellement, je ne veux pas me marier, mais je pense qu'en général, on devrait interdire toute loi ou amendement à la constitution sur la question du sexe ou de l'amour. Je pense qu'aucun gouvernement ne devrait empiéter sur ce qui se passe dans la chambre à coucher. Franchement, si vous avez envie de vous marier à un chien, ne vous gênez pas, faites-le, je m'en moque. Je suis totalement libertaire, donc je suis totalement en désaccord avec ça." Plutôt que de lire de telles sottises — l'argument du chien est utilisé par les pires homophobes —, on préfèrera écouter ci-dessous un extrait de The McGarrigle Christmas Hour, l'album tiré de ces fameux concerts de Noël. Xavier...

Lire la suite

« Zone NoKpote »: Controverse autour de l’atelier bareback hébergé par Aides

Bareback, en anglais, est d'abord un terme d'équitation. Il désigne le fait de monter à cru, c'est-à-dire sans selle. D'où le "cow-boy" que l'on voit sur un flyer pour "Zone NoKpote", un atelier hébergé chaque premier jeudi du mois dans les locaux de Aides Paris (première édition ce jeudi 4 décembre). L'image est accompagnée par un texte sans équivoque. Il invite à venir "discuter santé sexualité entre mecs qui aiment la baise sans capote". Et on peut y lire ceci: "L'objectif n’est pas de recréer le format classique ou trop cadré des "groupes de parole" qui nous sont proposés habituellement par les associations pour parler des risques que nous prenons, mais de construire tous ensemble des ateliers qui nous ressemblent avec un contenu qui intéressera chaque participant, avec des notions ou les mots DÉSIR et PLAISIR [majuscules du communiqué, ndlr] auront toute leur importance, sans oublier le sens de la convivialité!". INDIGNATION DU SNEG ET D'ACT UP-PARISL'affiche, accompagnée d'un communiqué, a été diffusée par mail et dans les établissements de sexe à Paris. Antonio Alexandre, directeur du Syndicat national des entreprises gaies (Sneg), affirme avoir reçu des coups de fil de plusieurs exploitants, furieux. Lui-même se dit très en colère: "Je suis scandalisé par ce communiqué de presse. Il y a des mots super violents. Je suis surtout choqué que cela vienne de militants associatifs. Dans les établissements, tous les...

Lire la suite