En 2008, la Cour de Cassation avait blanchi Christian Vanneste pour avoir déclaré que l’homosexualité était « inférieure » à l’hétérosexualité, elle vient de faire pareil ce 9 janvier 2018 pour Christine Boutin, qui avait affirmé que l’homosexualité est « une abomination » dans les colonnes du magazine Charles en avril 2014.

L’ancienne parlementaire et ancienne ministre du Parti Chrétien Démocrate, qui a passé les 25 dernières années à lutter contre les droits des personnes LGBT, avait été condamnée à 5000 eurs d’amende en première instance et en appel pour « provocation à la haine »

Elle avait également été condamnée à verser 2.000 euros de dommages et intérêts aux associations Mousse, Le Refuge et Inter-LGBT (Lesbienne, gay, bi et trans) qui s’étaient constitué parties civiles.

C’est l’arrêt de la Cour d’appel qui a été cassé par la Cour de Cassation, comme le rapporte Libération. Selon les sages, «le propos incriminé, s’il est outrageant, ne contient néanmoins pas, même sous une forme implicite, d’appel ou d’exhortation à la haine ou à la violence à l’égard des personnes homosexuelles».