Le 1er août à Nancy, l’association Equinoxe – Centre LGBTI + de Lorraine Sud – a rendu comme chaque année hommage à Jean-Pierre Humblot, victime d’un crime homophobe il y a 14 ans le 1er août 2003. Les militant.e.s, les ami.e.s de l’ancien restaurateur et les badauds étaient invité.e.s à se réunir près de la stèle qui lui rend hommage, au bord du canal de la Marne au Rhin, là où il a perdu la vie.

«Si l’égalité des droits progresse en France, en Europe et dans le monde, l’actualité nous rappelle constamment à la réalité: l’homophobie et la transphobie tuent, écrit l’association dans un communiqué, avant d’ajouter: quand elles ne tuent pas, elles font des dégâts considérables. Les terribles agressions de Metz fin 2016, de St-Dizier et St-Dié en juin 2017 (pour se limiter à des faits récents et proches de nous) sonnent comme un cruel rappel. L’électrochoc et l’émotion causés par la mort du célèbre Jeannot en août 2003 ne doivent pas tomber dans l’oubli. Jean-Pierre Humblot ne doit pas être « mort pour rien ».»

Au passage Equinoxe rappelle que «sur des formes plus pernicieuses de LGBTI-phobies, la Ville de Nancy a encore d’immenses progrès à faire dans ses pratiques quotidiennes. L’Association Nationale Transgenre a par exemple récemment saisi le Défenseur des Droits quant à l’attitude discriminatoire des
services municipaux à l’égard des personnes transgenres, à l’occasion des démarches de changement de prénom.»

Un site rend hommage à Jean-Pierre Humblot