On a appris il y a quelques jours que le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) a adressé le 28 juin dernier une mise en garde à Canal + après la diffusion d’un chant homophobe des supporters de l’OM le 5 février 2017 dans l’émission J + 1 .

Dans la séquence ci-dessous, on peut voir le journaliste Julien Cazarre reprendre le chant « Julien Cazarre est un pédé », entonné par les supporters de l’OM.

Le CSA a ainsi répondu à un signalement du collectif Rouge Direct, qui veut alerter sur l’homophobie dans le football. Les sages ont estimé que «le caractère homophobe du chant des supporters était avéré et [que] sa diffusion, sans aucune distance, risquait de blesser des personnes et pouvait, perçue au premier degré, être de nature à nourrir des préjugés homophobes dans le sport. »

COMPLAISANCE DANS L’EVOCATION DE LA SOUFFRANCE HUMAINE
Le CSA a également vu rouge dans le cas d’un sketch de Nicolas Canteloup sur Europe 1 (Lire Nicolas Canteloup sur Europe 1: «Amis gays, pas la peine de chercher un 2 pièces sur Aulnay, la police ne recommencera plus.») . L’humoriste (photo ci-dessus) s’était moqué de Théo, ce jeune battu et violé par des policiers, en faisant de surcroît des blagues homophobes, ne provoquant qu’une réponse molle de l’animatrice.

Voici ce que l’humoriste avait alors lancé à l’antenne (en prenant la voix de François Hollande):

« Le rôle de la police ce n’est pas de mettre des matraques dans les fesses. Je tiens à m’adresser à la population gay de ce pays, une population qui me tient particulièrement à cœur, car c’est moi qui ai fait le mariage gay. «Amis gays, pas la peine de chercher un 2 pièces sur Aulnay centre, la police ne recommencera plus. Ce n’est pas une pratique courante, c’était un accident. (…) J’ai rendu possible le mariage gay. Si après réflexion, Théo se découvre des sentiments pour le policier»…

Le sketch avait été immédiatement condamné par la société des rédacteurs de la station et le manager du comédien avait présenté ses excuses (Lire
Tribune: Humiliation d’une victime, racisme, homophobie, culture du viol Canteloup: être désolé ne suffit pas).

Dans une décision du 31 juillet, le CSA a mis en demeure la station de respecter ses obligations:

« Le Conseil a considéré que le fait de moquer la victime nommément désignée d’un viol présumé, gravement blessée à cette occasion et toujours hospitalisée au moment de la diffusion de la séquence, traduisait une complaisance dans l’évocation de la souffrance humaine constitutive d’une atteinte à la dignité de la personne humaine »

Les mises en garde et mises en demeure ne sont que de simples procédures d’alerte, mais le CSA a démontré récemment qu’il était prêt à sanctionner durement les chaînes qui vont trop loin dans l’homophobie ou le sexisme, comme en témoigne l’amende de 3 millions d’euros infligée à la chaîne C8 après la diffusion d’un canular homophobe dans l’émission de Cyril Hanouna (Lire Affaire Hanouna: amende de 3 millions d’euros pour C8).