Elle avait participé à une opération de lutte contre l’homophobie dans le football organisée par Amnesty International et la fédération danoise – Fodboll For Alle – aux côtés de Sanne Troelsgaard et de ses homologues masculins : Pernille Harder était alors apparue grimée aux couleurs de l’arc-en-ciel sur les réseaux sociaux.

Soccer is for everyone, no matter who you love #FodboldForAlle

A post shared by Pernille Harder (@pharder10) on

La capitaine de la sélection féminine danoise, 24 ans, 84 sélections, évitera sa petite amie, Magdalena Eriksson, 23 ans, 18 sélections, en quart de finale de l’Euro 2017. Les deux joueuses se sont rencontrées à Linköping, en Suède, où elles ont évolué côte à côte entre 2013 et 2016 : en janvier dernier, Pernille Harder s’est engagée à Wolfsburg alors que Magdalena Eriksson portera les couleurs de Chelsea à la rentrée.

Avant les derniers matchs de la poule B, les médias scandinaves ont imaginé un scénario où les deux jeunes femmes se rencontreraient sur le terrain. Au site Expressen, Magdalena Eriksson confie qu’il y a toujours plus d’émotion lorsque sa petite-amie joue de l’autre côté du terrain avant de remettre le sport au cœur de la discussion : « Pernille et moi avons été concentrées sur nos propres matchs, pas sur ce que faisait l’autre ».

Mardi soir, l’Italie a déjoué les pronostics et brisé la belle histoire des journalistes en l’emportant 3-2 face à la Suède : de fait, l’Allemagne a pris la tête du groupe B et rencontrera le Danemark en quarts, alors que la Suède affrontera les Pays-Bas, qui jouent à domicile, dans un match piège.

TOUJOURS PLUS DE JOUEUSES SCANDINAVES OUT
Elles sont toujours plus en Scandinavie et en même temps si peu : aux côtés de Pernille Harder et Magdalena Eriksson, quelques Suédoises sont ouvertement lesbiennes. De Hedvig Lindahl à Lisa Dahlkvist, en passant par Caroline Seger et leur coach, Pia Sundhage, elles ne se cachent pas. De son côté, Nilla Fischer attend son premier enfant avec sa femme, Mariah-Michaela.

Ailleurs, la Suissesse Ramona Bachmann brille par ses performances individuelles sur le terrain et poste régulièrement des photos de sa petite-amie sur Instagram. Elle avait choisi de faire son coming-out pendant la coupe du Monde 2015.

👭❤️ #vacation #dubai #desert #moments #sunset #loveyou #mygirl #headingbackhome

A post shared by Ramona Bachmann (@bachmannr10) on

En Angleterre, Casey Stoney – blessée durant ces matchs de poule – est maman de jumeaux qu’elle a eus avec sa partenaire Megan Harris :

Steffi Jones, la coach de l’équipe allemande, quant à elle, est « out » depuis 2013. Sans surprise, il n’y a aucune joueuse ouvertement lesbienne ou bie en l’équipe de France.

LES QUARTS DE FINALE
L’équipe de France justement: qu’il est douloureux de la suivre dans ces matchs de poule. Après une victoire sur le plus petit score (1-0, Le Sommer sur pénalty à la 86′) face à l’Islande et un nul poussif contre des Autrichiennes surprenantes (1-1, Henry à la 52′), les Bleues nagent en plein doute. Menées par les Suissesses et virtuellement éliminées pendant près d’une heure, les Françaises ont évité le fiasco sur un magnifique coup franc de Camille Abily qui a terminé au fond des filets à la 76ème minute. Elles retrouveront une équipe d’Angleterre impressionnante en quart de finale.

Le programme :
29 juillet à 18h : Pays-Bas – Suède
29 juillet à 20h45 : Allemagne – Danemark
30 juillet à 18h : Autriche – Espagne
30 juillet à 20h45 : Angleterre – France