Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a tapé du poing sur la table. Aujourd’hui 26 juillet, il a prononcé une « sanction pécuniaire » d’un montant de trois millions d’euros à l’encontre de la chaîne C8, suite à l’affaire du canular homophobe dans l’émission Touche pas à mon poste le 18 juillet dernier.

Dans un communiqué, le CSA a indiqué avoir reçu 47 000 plaintes après la diffusion de cette séquence. L’autorité présidée par Olivier Schrameck explique sa décision par le tort qui a été fait aux victimes du canular: « Ces personnes, principalement des hommes homosexuels, n’étaient pas informées de l’identité de leur interlocuteur et, croyant être dans le cadre d’une conversation privée, ont pour certaines d’entre elles dévoilé publiquement des informations relevant de leur vie intime et sexuelle. »

Et l’attitude Cyril Hanouna auteur du canular et animateur de l’émission est également pointée du doigt: « Il a tout au long de cette séquence, eu recours à de nombreux clichés et attitudes stéréotypées sur les personnes homosexuelles. », écrit le CSA, qui estime donc que « la société C8 a gravement méconnu le principe de respect de la vie privée, ainsi que son obligation de lutter contre les discriminations. »

La nouvelle ne devrait pas manquer de faire réagir le groupe Canal +, propriétaire de C8, d’autant que l’émission Touche pas à mon poste avait déjà écopé d’une sanction la condamnant à ne plus diffuser de publicité pendant l’émission pour une durée de trois semaines. En cause, une séquence où l’animateur avait demandé à une chroniqueuse de poser la main sur son sexe et une autre où il avait croire à Matthieu Delormeau qu’il avait tué un homme, laissant le chroniqueur dans un profond désarroi.