Lorsque Yagg a été placé en liquidation judiciaire à l’automne dernier, Xavier Héraud, qui en était alors rédacteur en chef, a sollicité mon aide. Il savait que, comme lui, comme le reste de l’équipe, j’aurais du mal à me résoudre à voir disparaître, notamment, les archives du site. Je ne pouvais imaginer perdre huit ans de ce qui a représenté une belle histoire de presse et qui constitue aujourd’hui – je pèse mes mots – un témoignage précieux de notre culture LGBT. Puisque j’étais en capacité de le faire, j’ai racheté les actifs. C’est ainsi que vous pouvez toujours consulter les quelque 20.000 articles et 1.000 vidéos publiés depuis novembre 2008. Parmi eux, la couverture des débats sur l’ouverture du mariage en France, un reportage sur la Pride interdite de Moscou, des entretiens, des chroniques dans des secteurs aussi divers que le cinéma, l’économie, les arts ou la politique.

AVENIR
Cette partie-là est gagnée. Le passé est sauvegardé, voici maintenant l’avenir. Xavier Héraud porte un projet ambitieux : faire vivre à nouveau ce site internet d’information en ligne, perpétuer son identité, son savoir-faire.

Comme nous l’avons souvent écrit, l’information n’a pas de prix mais elle a un coût et si Yagg a pu, grâce à ce rachat, renaître sous forme associative, je n’ai en revanche pas les moyens de financer le site sur la durée. Sans mécène, publicité ou abonnement, la seule source de revenus, ce sont les dons.

Ce n’est jamais simple de demander de l’aide et c’est d’autant plus difficile, aujourd’hui, que nous vous avons déjà sollicité.e.s, nous en sommes conscient.e.s. Ce qui nous encourage aujourd’hui à y croire encore, c’est vous, qui avez toujours été là, solides et généreux/ses. J’ai en mémoire les nombreuses et très chaleureuses réactions qui avaient accompagné l’annonce du retour de Yagg, en janvier. Vous aviez alors été un grand nombre à nous proposer des dons. Certain.e.s, par exemple, offraient de poursuivre le versement de leur abonnement de 4 euros mensuels. C’était alors légalement impossible, puisque la société n’existait plus, mais vous pouvez aujourd’hui soutenir financièrement Yagg par le biais du site Hello Asso.

Vous pouvez faire un don ponctuel ou le répéter mensuellement. Comme l’indique le site, «le don à Yagg Presse ouvre droit à une réduction fiscale car il remplit les conditions générales prévues aux articles 200 et 238 bis du code général des impôts». Cette réduction s’élève à 66 % du don.
Ainsi, si vous donnez 12 euros par mois, il vous en coûtera seulement 4,08 euros après déduction fiscale, soit l’équivalent du montant de l’ancien abonnement mensuel à Yagg. Si vous donnez 5 euros par mois, il ne vous en coûtera finalement que 1,70.

Grâce à votre soutien, nous espérons créer un poste de salarié.e à la rédaction qui pourrait ensuite être soutenu par des pigistes et pourquoi pas d’autres salarié.e.s, un.e community manager…
Que coûte pour l’heure Yagg et comment vivons-nous ?

Le site, aujourd’hui régi par l’association Yagg Presse, fonctionne à nouveau grâce au bénévolat de Xavier et au mien.

150 euros mensuels sont dévolus aux frais de maintenance du site. Les dons récoltés via Ulule grâce à la maison d’édition Des Ailes sur un tracteur vont nous permettre de « tenir » quelques mois.
La newsletter, nécessaire pour nous permettre de partager nos informations, coûte environ 130 euros par mois. Très vite, grâce à un geste d’une grande générosité, nous pourrons à nouveau en envoyer une.

PROPOSER LE MEILLEUR CONTENU POSSIBLE
A terme et grâce à vos dons, nous voudrions salarier un rédacteur, pouvoir payer des pigistes pour vous proposer le meilleur contenu possible. Nous avons conscience que nous ne pouvons pas rivaliser avec des rédactions plus importantes ni suivre minute par minute le rythme effréné de l’information.

Nous avons donc pris le parti de préférer à l’instantané des articles longs, des reportages «maison» qui ont fait la réputation de Yagg, des interviews approfondies. Ces derniers jours, par exemple, vous avez pu découvrir les coulisses du tournage de 120 battements par minute ,  un entretien avec le photographe Mikael Owunna qui documente la vie et l’esthétique des personnes LGBTQ africaines, un avis critique de l’avis du Comité d’Ethique sur la PMA, que vous n’avez lu nulle part ailleurs.

Nous avons également pour objectif de relancer au plus vite la rubrique « Opinions & Débats », dans laquelle seront publiées des tribunes d’expert.e.s sur les sujets qui intéressent ou interpellent notre communauté et nos internautes.

J’ai accompagné Yagg depuis sa création, en 2008, en proposant des articles, dont la chronique hebdomadaire Terrains de jeux, mais aussi avec passion et admiration. Toutes les personnes attachées à fonder ce site, à ensuite le faire vivre (que ce soit à la rédaction, à la pub ou à la technique), l’ont fait avec courage, détermination, sans compter leur temps, leur énergie. Elles ont laissé un patrimoine dont Xavier, rédacteur en chef hier et aujourd’hui, est le relais. Nous avons tou.te.s les deux la ferme conviction qu’un organe de presse de cette trempe doit exister dans le paysage actuel, aujourd’hui, peut-être, encore plus qu’hier.

Yagg peut exister grâce à vous. Ne laissons pas passer cette opportunité.

Pour faire un don ponctuel ou régulier, rendez-vous directement sur notre page Helloasso