A la une, France | 16.06.2017 - 10 h 27 | 0 COMMENTAIRES
  • baptiste poiret
  • jean-lic moudenc
  • toulouse

A la rencontre des associations LGBT toulousaines: la ville rose est-elle LGBT-friendly?

Publié par
Toulouse, quatrième ville française, possède une vie associative LGBT très dynamique. A l'occasion de la marche des fiertés, Yagg est allé à la rencontre des militant.e.s occitans.

Baptiste Poiret (ci-contre), d'Arc en ciel Toulouse et Pride Toulouse fulmine: "D'habitude, le village associatif occupe toute la place du Capitole. Cette année nous sommes réduits à un petit espace", grogne le militant. En ce samedi 10 juin, les associations LGBT et friendly toulousaines sont réunies au coeur de la ville pour rencontrer le public avant, pendant et après la marche des fiertés qui doit partir vers 14h30 à quelques encablures de là. Les militant.e.s d'Act Up-Sud Ouest râlent aussi. La banderole "Contre le sida, Action = Vie" qu'ils avaient déployée sur la place a dû être retirée, à la demande des policiers. La deuxième banderole n'a même pas pu être déballée.

Malgré ces soucis avec les autorités, fait-il bon vivre en tant que gay, lesbienne, bi ou trans à Toulouse?  Baptiste Poiret résume le sentiment général:

"Quand on est enfermé dans notre petite bulle associative, on pourrait croire qu'il fait bon vivre en tant que personne LGBT à Toulouse, oui. Quand on en sort on se rend compte que dans la vie de tous les jours, ce n'est pas forcément évident. Il y a un terreau manif pour tous assez bien ancré à Toulouse."

L'actuel maire, Jean-Luc Moudenc (Les Républicains) a d'ailleurs défilé aux côtés du mouvement anti-LGBT. "En tant qu'association nous recevons régulièrement des appels de jeunes qui sont chassés de chez eux par transphobie, homophobie, ajoute Baptiste Poiret. On a de plus en plus de jeunes qui nous demandent de les soutenir dans leur démarche de demande d'asile. Des pays comme le Liban, le Mali, le Maroc, la Tunisie. Même à Toulouse en termes de discrimination pure, il y a encore du travail à faire. On n'est pas libres de se tenir la main ou s'embrasser sans regarder autour de soi de peur d'être jugé, discriminé ou insulté.»

BONS RAPPORTS AVEC LA MAIRIE
Selon le militant, les rapports avec le maire Les Républicains Jean-Luc Moudenc et son équipe sont plutôt bons. Depuis qu'il a été élu, le maire a multiplié les signes en direction de la communauté LGBT. "Face aux gestes et actes homophobes - que ce soit des tags homophobes sur l'Espace des Diversités et de la laïcité en 2014 ou le saccage de l'exposition du photographe Olivier Ciappa début décembre - l'édile LR apparaît aujourd'hui de tous les combats contre l'homophobie. Et en 2014, l'ex-député a par ailleurs versé 7000 euros de sa réserve parlementaire à l'association Le Refuge, qui œuvre pour les jeunes LGBT exclu.e.s par leur famille, et semble renouer avec les associations LGBT locales. ", écrivions nous au moment où la ville signait la Charte de l'Autre Cercle (Lire La ville de Toulouse signe la Charte d’Engagement LGBT de l’Autre Cercle: pinkwashing ou conviction?). «Au début c'était assez compliqué parce qu'on avait auparavant [lors de la précédente mandature, dirigée par un maire de gauche] un chargé de mission à la laïcité et à la diversité qu'on appréciait beaucoup, c'était quelqu'un de la communauté, indique Baptiste Poiret. Nous essayons de travailler avec la nouvelle responsable, Nicole Miquel-Bellaud [qui n'a pas répondu à notre demande d'interview à l'heure où nous publions ces lignes]. Il y a eu quelques réticences au début - de part et d'autre, d'ailleurs. Mais nous sommes heureux de constater qu'elle nous soutient beaucoup, qu'elle a un discours très militant sur les questions LGBT, qu'elle nous écoute. On a beau avoir une mairie de droite, nous sommes loin d'être les plus mal lotis en France.» Preuve que la ligne dure anti-LGBT défendue par certains Républicains comme Laurent Wauquiez ne vaut pas partout sur le territoire.

RENCONTRE AVEC LES ASSOCIATIONS

Le village associatif, place du Capitole

En plus d'une marche des fiertés qui attire plus de 30 000 personnes chaque année (Voir Marche des fiertés LGBT de Toulouse: les photos), la quatrième ville de France possède un tissu associatif LGBT solide et divers. Nous sommes allés à la rencontre des associations sur le Village associatif, avant la marche. Petit tour d'horizon.

Les dérailleurs, antenne de Toulouse. Un VTT, la région Toulousaine et son climat unique, que demander de plus?

DiverSeniors. L'association existe depuis 2012. Les deux membres de l'association attirent notamment notre attention sur les chiffres du VIH chez les seniors, qui "n'ont pas bougé depuis 2003".

On recrute au Choeur gay de Toulouse, qui interprète un répertoire pop très varié. Pas d'audition, tous les niveaux sont acceptés.

Qui dit Sud Ouest dit forcément rugby. Tou'Win Rugby, qui pratique le rugby à XV, compte une cinquantaine de membres. "Ca commence à être compliqué pour les feuilles de match", nous confient avec le sourire ses membres, car il n'y a pour l'instant qu'une seule équipe, Championne d'Europe 2017 comme le vante les flyers de l'association. L'association édite aussi un calendrier annuel.

Extra Muros. Randonnées conviviales environ une fois par semaine, "Pas trop fatigantes, 3 ou 4 heures seulement".

Homodonneur milite activement pour la levée des restrictions touchant les homosexuels masculins pour le don du sang.

 

Jules & Julies, la très dynamique association de jeunes LGBT toulousaine. Leur char a mis le feu à la marche des fiertés.

L'antenne Toulousaine de SOS homophobie.

Bi-Visible. L'association compte une quinzaine de membres. En dehors de Bi'Cause à Paris, c'est la seule association bisexuelle en France. Ils et elles en sont fiers/fières.

Act Up-Sud Ouest (qui pose en deux fois). La seule antenne d'Act Up en dehors d'Act Up-Paris qui a survécu, grâce à l'énergie d'une poignée de militants et notamment l'inusable Guy Molinier (deuxième en partant de la gauche). L'association avait commencé à poser une banderole géante sur la place du Capitole, mais la police a demandé qu'elle soit enlevée...

L'antenne toulousaine du Refuge offre trois appartements et huit places pour les jeunes mis à la porte de chez leurs parents ou en difficulté.

Arc en Ciel Toulouse Occitanie, le Centre LGBT de la ville rose. Son local se situe à l'Espace Laïcités Diversités, qui ferait pâlir de nombreux autres Centre LGBT en France...

L'APGL Midi-Pyrénées.

L'antenne Toulousaine de Aides.

L'antenne Toulousaine de David & Jonathan.

Amnesty International Toulouse.

Alert(es) Aveyron. L'association aveyronnaise, basée à Rodez était également de la partie ce samedi.

Clar-T. La toute nouvelle asso trans de la ville rose.

Print This Post
Photo du profil de Xavier Héraud
Publié par
Co-fondateur de Yagg. Rédacteur en chef. Photo. Comédies musicales. Harvey Fierstein. These are a few of my favorite things.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.