Cyril Hanouna a été reçu par Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’égalité hommes femmes hier mercredi 31 mai. Cette dernière avait souhaité rencontrer l’animateur suite à la polémique autour de l’émission où il s’était amusé à piéger des gays à l’antenne. « Je veux lui parler de la culture du viol et de la lutte contre l’homophobie », avait déclaré Marlène Schiappa, rappelant au passage qu’un chroniqueur s’était livré à une agression sexuelle sur une jeune femme en direct.

Sur Twitter, la secrétaire d’Etat affirme avoir remis le rapport de SOS homophobie à l’animateur.

Dans l’Obs, elle ajoute l’avoir trouvé « à l’écoute ». «Il m’a dit qu’il avait une parole « équilibrée », affirmant qu’à chaque fois que quelqu’un fait une blague homophobe ou sexiste quelqu’un d’autre lui dit « tu exagères, tu ne peux pas dire ça ». Je lui ai répondu que l’idée n’était pas d’adopter une parole soi-disant équilibrée parce qu’on ne peut pas mettre sur le même plan des paroles répréhensibles d’après la loi et ce qui fait le rappel à la loi.», explique-t-elle.

BUZZER
A également été évoquée l’idée d’un « buzzer » sur lequel quelqu’un appuierait lorsqu’un propos choquant serait prononcé. L’idée a fait beaucoup parler – en mal – sur les réseaux sociaux. Marlène Schiappa indique qu’elle ne sait plus qui a mis l’idée sur la table.  » Il était très désireux de savoir comment attirer l’attention des téléspectateurs sur d’éventuels faits inacceptables. Je pense que cela serait déjà un pas de franchi. Si lui-même est auteur de ces agissements, c’est à la chaîne de réfléchir sur ce qu’elle met en place pour communiquer. », précise-t-elle.

Elle a par ailleurs rejeté l’idée de sanctionner l’animateur, arguant qu’il ne s’agit pas de son rôle, mais celui du CSA, qui a engagé une procédure, suite à plus de 20 000 signalements de la part de téléspectateurs et spectatrices.