A la une, Culture & Loisirs | 19.05.2017 - 12 h 36 | 0 COMMENTAIRES
  • Bambi
  • coccinelle
  • marie-pierre pruvot
  • paris

A l’inauguration de la Promenade Coccinelle, le bel hommage à une icône trans

Publié par
Il existe désormais une Promenade Coccinelle à Pigalle, le quartier où l'immense artiste de cabaret a vécu. Son amie Bambi lui a rendu un magnifique hommage. Reportage.

La plaque de la Promenade Coccinelle. - Photo : Xavier Héraud

"Cherchez la femme", chantait Coccinelle. Vous pourrez peut-être la trouver désormais sur la Promenade qui porte son nom dans le quartier de Pigalle.

La ville de Paris a inauguré hier 18 mai la Promenade Coccinelle, entre les numéros 2 et 16 du boulevard de Clichy, sur le terre-plein central. Jacqueline Charlotte Dufresnoy, dite Coccinelle fut la star des cabarets le Carrousel et Madame Arthur dans les années 50 et 60. Très populaire, elle fut également la première femme trans française. Son mariage, dans les années 60 avait fait la une des journaux. Elle morte en 2006 après avoir mené une carrière internationale et tenu un cabaret à Marseille.

C'est son amie Marie-Pierre Pruvot, connue sous le nom de Bambi, qui est à l'origine de la Promenade. Invitée sur Yagg comme rédactrice en chef exceptionnelle, Bambi avait émis le souhait que Paris donne un nom de place ou de rue à Coccinelle. Elle a été entendue au Conseil de Paris, qui a voté un voeu en ce sens.

"ELLE A LUTTÉ, ELLE A VAINCU"
Marie-Pierre Pruvot a évidemment pris la parole hier lors de l'inauguration de la Promenade.

"C'est là qu'elle a vécu, a-t-elle déclaré, en montrant l'immeuble en face, et là qu'elle m'a hébergée gratuitement pendant un an". Après avoir raconté la jeunesse de son amie, Bambi a évoqué ses débuts dans le cabaret: "Un soir on emmène celle qui ne porte pas encore de nom chez Madame Arthur pour la présenter à l'animateur, Bigoudi, et elle s'est vêtue pour cela d'une robe rouge à pois noirs. Bigoudi s'étonne et en connaisseur s'écrie: "Oh la jolie petite coccinelle! Comment on t'appelle?". Elle répond "Coccinelle!". Elle porte enfin un nom, il lui faudra attendre près de dix ans pour obtenir Jacqueline Charlotte, ses prénoms." Au Carrousel et chez Madame Arthur, le succès est immédiat. Au fur et à mesure où il s'amplifie, se dressent les obstacles. L'hostilité de la police, le blocage de la justice, l'opposition sourde de la bien-pensance. On accoure pour la voir, mais on la rejette. Elle fait peur. On voudrait l'interdire. Elle, avec sa jeunesse, sa beauté, son talent, et surtout son intime certitude, sa persévérance et aussi son courage, elle finit par triompher. Elle conquiert un public international, sur tous les continent. Jacqueline Charlotte Dufresnoy, notre Coccinelle. C'est un être d'exception. Elle a senti très tôt et compris que la part obscure qui était en elle et que tout le monde condamnait n'avait rien d'obscur, au contraire. C'était ce qu'elle portait de plus noble, de plus fertile, de plus digne. Elle a lutté, elle a vaincu. Voilà en quoi elle est notre référence absolue. Voilà ce qui lui vaut aujourd'hui la reconnaissance de la ville de Paris et l'honneur qui lui est fait."

Thierry Wilson, le dernier mari de Coccinelle a également pris la parole. "Nous parlons souvent de Coccinelle avec Bambi. Elle l'a connu pendant ses 20 premières années et moi pendant ses 20 dernières. Je suis toujours émerveillé de voir que nous rions des mêmes choses. Elle n'a jamais changé."

ICÔNE
Clémence Zamora-Cruz, porte-parole de l'Inter-LGBT, est ensuite intervenue. Avant de détailler l'histoire des droits des personnes trans en France, la militante a livré quelques remarques personnelles. "Je n'ai pas connue Coccinelle, mais c'est une icône. Je ne l'ai pas connue, mais je l'ai en quelque sorte rencontrée. Lorsque j'étais adolescente au Mexique, un jour un ami est venu me voir avec une revue et m'a dit "Regarde, il y a quelqu'un là dedans qui est comme toi!". C'était un article sur Coccinelle.", s'est elle souvenue avec émotion.

Enfin, Hélène Bidart, adjointe chargée de la lutte contre les discriminations et de l'égalité hommes-femmes auprès de la maire de Paris, a souligné que Paris était la deuxième ville au monde à donner un nom de voie publique à une personne trans. La première c'est San Francisco, qui a donné le nom d'une rue à Vicky Marlane, une artiste et militante trans.

La plaque a ensuite été dévoilée en présence d'une grosse centaine de personnes et de la troupe du cabaret Madame Arthur et de personnalités comme Galia, Vincent McDoom, Jenny Bel'Air, Michou, Sophie Darel et des politiques Ian Brossat, Myriam El Khomri, Eric Lejoindre ou Pierre-Yves Bournazel.

Une soirée hommage à Coccinelle s'est ensuite tenue chez Madame Arthur. A 86 ans, Bambi est à nouveau montée sur scène pour interpréter deux chansons, accompagnée par la troupe de Madame Arthur. L'hommage émouvant d'une icône à une autre.

Lire aussi notre entretien avec Bambi: Marie-Pierre Pruvot: «J’avais choisi Divine comme nom de scène mais c’était trop prétentieux»

Photos: Xavier Héraud

Print This Post
Photo du profil de Xavier Héraud
Publié par
Co-fondateur de Yagg. Rédacteur en chef. Photo. Comédies musicales. Harvey Fierstein. These are a few of my favorite things.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.