Premier accroc dans l’une des promesses d’Emmanuel Macron? Le nouveau président de la République s’est engagé pendant sa campagne à ouvrir la PMA aux couples de femmes, après avis du Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE). Il vient de nommer Edouard Philippe, député-maire Les Républicains du Havre, Premier ministre. Ce dernier s’est abstenu lors du vote de la loi dite du mariage pour tous avait fait part de son opposition à la PMA et la GPA dans une tribune co-signée le 10 février 2013 avec Nathalie Kosciusko-Morizet. Voici ce que les deux parlementaires écrivaient:

«Au final, donc, nous ne sommes pas opposés à une loi qui permettrait le mariage et l’adoption simple pour les couples de même sexe, mais nous n’accepterons pas ce qui viendra après cette loi. Nous nous opposerons résolument à la PMA pour les couples homosexuels féminins, et à la GPA qui, au nom de l’égalité, ne manquera pas d’être réclamée par la suite.»

L’avenir dira si Edouard Philippe, proche d’Alain Juppé, a évolué sur la question ou si Emmanuel Macron, comme François Hollande, renoncera à ouvrir la PMA.