Rappeler les propos odieux tenus par les député.e.s pendant le mariage pour tous. A quelques semaines des élections législatives, c’est l’objectif du compte Twitter @AvisDéfavorable où sont publiées des vidéos de députés de droite extraites des débats du mariage pour tous. Ces vidéos proviennent pour la plupart des image d’archives de l’Assemblée Nationale. Les extraits sont marqués avec l’identifiant Twitter du député ou de la députée concerné.e et avec le hashtag de la circonscription où il/elle se représente.

«Comme beaucoup lors des débats sur le mariage à l’Assemblée je suis resté scotché sur le #DirectAN à ne pas en croire mes oreilles de la violence de ce qui était dit par des représentants de la nation, nous explique l’utilisateur de Twitter qui préfère rester anonyme. Pour beaucoup des intervenants il y avait de la posture et non des convictions personnelles, ils forçaient le trait parce qu’ils estimaient que le parti, les électeurs, ou la simple opposition à la gauche demandait cela. Et comme la consigne à gauche afin de ne pas allonger les débats était de ne pas répondre, il y a eu une surenchère pour faire sortir la majorité de ses gonds. Bien sûr pour les plus vociférants ça n’était pas de la posture mais de vraies convictions dans toute leur horrible expression.»

C’est le moment ou jamais de se rappeler à celles et ceux qui ont combattu les personnes LGBT pendant le mariage pour tous, estime le créateur d’Avis défavorable: «Toutes ces paroles restent gravées pour la postérité et au moment de renouveler l’Assemblée c’est le moment où jamais de les faire entendre à ceux qui n’étaient pas directement concernés. Pour qu’ils partagent eux aussi cette sidération, et votent en conscience.», martèle-t-il.

« PRODUITS DE CONSOMMATION », « TERRORISME »
Et il y a l’embarras du choix. Dans l’extrait ci-dessous, Marc Le Fur, député des Côtes d’Armor, exécrable pendant toute la durée des débats, accuse le gouvernement de « faire des enfants des produits de consommation »:

Le même Marc Le Fur, qui essayait avec Philippe Meunier, de créer des incidents avec la police en dehors de l’Assemblée, comme le montre cette séquence:

Le même Meunier, député du Rhône, qui reproche ensuite à la police d’interpeler des manifestants qui portent des ballerines, en montrant ladite ballerine en séance:

Le député n’apprécie guère d’ailleurs de se retrouver dans la sélection d’Avis défavorable s’insurge contre cette « dénonciation ».

Elie Aboud, député de l’Hérault, évoque les triangles roses et les triangles noirs. Christiane Taubira l’avait ensuite vertement remis à sa place.

Nicolas Dhuicq, député de l’Aube, selon qui l’homoparentalité conduit au terrorisme.

Etrangement, ce tweet a d’abord été supprimé par Twitter. Alors que l’extrait provient des archives publiques. Mystère des réseaux sociaux…

« JE NE ME FAIS PAS D’ILLUSION »
Rappeler ce genre de propos peut-il gêner les député.e.s concerné.e.s? «Je ne me fais pas d’illusion sur la réélection de certains des plus gratinés qui sont dans des bastions Manif pour tous, mais si ne serait-ce qu’un ou deux peuvent être mis en difficulté par ces rappels alors tout ne sera pas perdu.», répond le créateur du compte Twitter.

En tout cas, Avis Défavorable fait parler de lui. Dans sa chronique sur France Inter ce matin, Sophie Aram a repris quelques uns des propos homophobes en concluant ainsi: « C’est vrai on ne sait toujours pas quoi faire contre l’homophobie, mais certains députés pourraient commencer par fermer un peu leur gueule ». On ne lui donnera pas tort.