Ils et elles étaient engagés pendant la campagne auprès de candidat.e.s qui ont perdu l’élection présidentielle mais ils/elles comptent bien continuer à se battre pour les droits LGBT. Nous avons demandé à Denis Quinqueton d’Homosexualité et Socialisme, Catherine Michaud de Gaylib et Jean-Charles Lallemand, co-auteur, avec Camille Barré, du livret thématique « droits nouveaux et LGBTI », de L’Avenir en commun, le programme de la France insoumise, de réagir à l’élection d’Emmanuel Macron

Tout d’abord, Denis Quinqueton, président d’Homosexualité et Socialisme et responsable des questions LGBT pour la campagne de Benoît Hamon note la progression du FN par rapport à l’élection de 2002 et souligne: «Emmanuel Macron a été élu, incontestablement, mais pas pour mettre en œuvre son projet, si je puis dire, puisque nombreux sont ceux qui n’ont voté pour lui que pour défaire l’extrême droite. Chacun doit donc être clairvoyant.»

«Sur les sujets LGBT+, nous pouvons nous satisfaire de la défaite cinglante et confirmée, au premier puis au deuxième tour, de Sens commun et de la Manif pour tous, officines dont les dénominations relèvent de plus en plus de l’antiphrase, ajoute Denis Quinqueton. Mais je reste en alerte car si le nouveau président semble assez ouvert sur ces questions, on trouve dans son entourage des « socialistes réacs », autour du maire de Lyon notamment, qui ont ardemment milité pour empêcher l’ouverture de la PMA entre 2012 et 2017.»

De son côté, Catherine Michaud, de Gaylib (lié à l’UDI), rappelle que son mouvement avait appelé « clairement » à voter Emmanuel Macron au deuxième tour, « sans que cela soit un chèque en blanc ». «Nous sommes lucides et objectifs sur les propositions du candidat.», affirme-t-elle. Et la présidente de Gaylib de critiquer le « manque d’audace » sur la PMA, conditionnée à l’avis du CCNE. « Je n’ai rien lu sur le changement d’état civil pour les personnes trans, rien pour les personnes intersexe et rien sur le don du sang. « , renchérit-elle.

A l’avenir, Gaylib « prendra ses responsabilités et continuera à se mobiliser » pour faire avancer les droits des personnes LGBT, promet Catherine Michaud.

Au Parti de gauche, on accueille l’élection d’Emmanuel Macron, avec ironie: « On va pouvoir commencer à critiquer Macron! », lance ainsi Jean-Charles Lallemand, responsable des questions LGBT au Parti de Gauche et pour la France Insoumise.

« Pas d’attente du côté de la France Insoumise vis à vis d’Emmanuel Macron, puisque nous cherchons à le mettre en minorité aux législatives. », enchaîne Jean-Charles Lallemand. Même si évidemment l’opposition France Insoumise / République en Marche dépasse les questions LGBT+, le militant précise que sur ces questions-là le nouveau président de la République « n’a pas fait rêver pendant la campagne ». Il cite comme Catherine Michaud, l’avis du CCNE préalable à l’ouverture de la PMA, ou « l’impensé total » sur les questions trans, ainsi que les « vagues incantations » sur la lutte contre les discriminations. De quoi habiller le nouveau président de la République pour l’hiver!

Il sera intéressant de noter par ailleurs si un courant ou une association LGBT se structurera au sein du nouveau parti La République en marche.