Le 7 mai prochain, la France a le choix entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. En 2002, lorsque Jean-Marie Le Pen avait atteint le second tour de l’élection présidentielle, cela semblait une évidence, il fallait voter Jacques Chirac, même avec une « pince à linge sur le nez », comme on a pu l’entendre à l’époque.

Quinze ans plus tard, force est de constater que l’évidence n’est plus aussi nette.

Même l’Inter-LGBT qui en 2002 avait appelé à voter Jacques Chirac s’est, cette fois, d’abord contentée d’un très bref communiqué pour appeler seulement à faire battre les idées du FN, avant d’appeler du bout des lèvres à voter massivement « pour l’adversaire du Front National ».

En tant que média LGBT, nous ne pouvons faire autrement qu’appeler à voter Emmanuel Macron. L’ADN de Yagg, c’est la lutte contre toutes les discriminations et la conviction que toutes les haines sont liées. L’ADN de Yagg, c’est donc un attachement viscéral à l’égalité des droits et des chances. Et cette égalité ne peut s’épanouir qu’au sein d’une société démocratique. Quoi que l’on pense du candidat d’En marche!, ce dernier ne donne aucun signe de vouloir s’émanciper de la démocratie. Son adversaire en revanche envoie tous les signaux inverses, et ce depuis toujours.

Comme cela a été souligné dans de nombreux textes, appeler à voter Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle ne revient pas à soutenir le candidat. Surtout sur les questions LGBT, vis-à-vis desquelles ce dernier ne s’engage pas à grand-chose. Dans sa lettre à SOS homophobie et à l’Inter-LGBT, son équipe a fait savoir que « le candidat n’avait pas à rentrer dans le détail des propositions ». Un peu léger… Certes le candidat s’engage à ouvrir la PMA aux couples de femmes et aux femmes célibataires… mais après avis du Comité consultatif national d’éthique (CCNE).

Cela ne vous rappelle rien? C’est le discours tenu par François Hollande depuis 2013. A l’époque Emmanuel Macron était secrétaire général adjoint de l’Élysée. Quatre ans (!) plus tard, le CCNE n’a toujours pas rendu son avis. Le candidat d’En marche! a-t-il l’intention de continuer à noyer le poisson? François Hollande s’était d’abord engagé à ouvrir la PMA et ne l’a pas fait. Que penser d’un candidat qui propose de «faire, mais après l’avis de quelqu’un d’autre»?

Marine Le Pen en revanche est bien claire. Elle abrogera le mariage pour tous et s’opposera à toute avancée des droits. Sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen, crâne même en affirmant qu’elle s’en « portera garante ». Quant aux réfugié.e.s persécuté.e.s en raison de leur orientation sexuelle dans leur pays d’origine, ils et elles n’auront qu’à trouver un autre pays d’accueil… Enfin, la candidate du FN admire un dirigeant, Vladimir Poutine, dont l’un des sous-fifres veut éradiquer les homosexuels de son pays, la Tchétchénie, en quelques semaines?

Pourtant, à en croire de nombreuses enquêtes d’opinion, bon nombre de gays, de lesbiennes, de bi.e.s ou de personnes trans semblent s’en moquer et votent régulièrement FN sans état d’âme. Quelle erreur!

Ces derniers jours, Christian Vanneste, Christine Boutin et la Manif pour tous ont annoncé qu’ils voteraient pour la candidate du Front National ou contre son adversaire – ce qui revient au même, vous l’aurez compris. Si jamais Marine Le Pen arrivait au pouvoir, nul doute que ceux-là monnaieraient leur soutien. Et quelle serait la monnaie d’échange pour ces gens qui ont construit leur carrière sur la propagation de l’homophobie? Nos droits, bien sûr.

Au-delà de nos droits, comment ne pas voir que le FN est le parti qui compte la plus grande proportion d’élu.e.s poursuivi.e.s par la Justice? Comment ne pas voir que Marine Le Pen elle-même profite du fameux « système » et de son immunité parlementaire pour refuser de répondre aux convocations des juges? Comment ne pas voir que dans les villes dirigées par le FN, ce sont avant tout les pauvres qui trinquent? Comment ne pas voir que cette candidate qui dénigre tant l’Europe ne crache pas sur son salaire de députée européenne, surtout quand il s’agit de payer les compagnons ou les ami.e.s? Comment ne pas voir qu’elle raconte en permanence n’importe quoi? Le Monde a ainsi compté pas moins de dix-neuf mensonges ou approximations dans le débat télévisé mercredi soir. Est-ce vraiment à cette personne que nous voulons confier les rênes du pays?

Nous valons mieux que ça.

Judith Silberfeld, Bénédicte Mathieu, Yannick Barbe, Xavier Héraud et Christophe Martet, fondateurs et fondatrices de Yagg