L’Inter-LGBT et SOS homophobie ont adressé à tou.te.s les candidat.e.s à l’élection présidentielle. Bilan des courses: quatre ont répondu: Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Dupont-Aignan et Philippe Poutou.

Deux ont répondu par un courrier. L’équipe de Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière) « s’est excusée de n’avoir pas le temps d’y répondre, tout en précisant « nous sommes évidemment contre toutes les discriminations, quelles qu’en soient les raisons, religion, couleur de peau ou orientation sexuelle. « ».

Et Emmanuel Macron « a fait parvenir une réponse écrite dans laquelle il ne répond que de manière très partielle à nos questions, arguant à de nombreuses reprises qu’il « ne revient pas au candidat d’entrer dans le détail des mesures ». »

Les autres, Jacques Cheminade, François Asselineau, François Fillon et Jean Lassalle n’ont pas répondu. Marine Le Pen n’avait pas été sollicitée.

Les associations relèvent que globalement, Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou, à quelques nuances près sont en accord avec leurs revendications. Les réponses de Nicolas Dupont-Aignan, seul candidat de droite à avoir répondu, sont plus « hétérogènes ». Et c’est bien le moins qu’on puisse dire. Le candidat de Debout la France est notamment opposé à une réforme de l’adoption, à l’ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires et à la reconnaissance de l’état civil des enfants nés de Gestation Pour Autrui. Il est plus positif sur la lutte contre les discriminations, mais pointe tout de même un risque de « communautarisme ».

L’Inter-LGBT et SOS homophobie se disent déçues des non-réponses du candidat d’En marche. A part rappeler qu’il attend l’avis du Comité consultatif national d’éthique sur la PMA, il ne rentre guère dans le détail.

Voir toutes les réponses et les commentaires sur le site dédié aux élection de l’Inter-LGBT et de SOS homophobie