« Pourquoi pas? ». C’est ce que répond François Fillon quand lors d’un entretien sur Radio J il est questionné sur une présence de Sens Commun à son éventuel futur gouvernement.

Pour rappel, Sens commun est une émanation de la Manif pour tous au sein du parti Les Républicains et milite ouvertement pour une abrogation du mariage pour tous et pour bloquer toute avancée concernant la PMA et la GPA. Lors de la primaire des Républicains, le courant présidé par Sébastien Pilard, avait apporté son son soutien à François Fillon et n’en a pas démordu depuis. Mieux les militants habitués des manifs anti-mariage pour tous ont grandement participé à l’organisation du meeting du 5 mars au Trocadero, que le candidat de droite a utilisé pour se remettre en selle après avoir été mis en cause dans une affaire d’emploi fictifs et de détournement de fonds publics.

François Fillon s’est engagé à revenir sur l’adoption pour les couples de même sexe s’il est élu. L’adoption plénière serait interdite, au profit d’une adoption simple, qui n' »efface pas » les parents biologiques sur l’état civil.

L’éventuelle présence de Sens Commun dans un gouvernement a fait réagir quelques personnalités politiques. A l’image du numéro 2 de En marche, le parti d’Emmanuel Macron, qui parle de « dérive sectaire »:

Laurence Rossignol, ministre de la Famille, rappelle au passage que Sens Commun est également engagé contre l’IVG et l’égalité de genre:

La nouvelle divise même à droite. L’ancien ministre LR Dominique Bussereau, qui soutenait Alain Juppé, évoque une « faute »

Le maire LR de Reims, Arnaud Robinet abonde dans le même sens en utilisant le registre de la boutade:

Une caricature injuste, estime le très réactionnaire et très anti-mariage pour tous Laurent Wauquiez, président par intérim des Républicains: