A la une, Culture & Loisirs | 30.03.2017 - 12 h 33 | 0 COMMENTAIRES
  • Le Fils
  • Marine Bachelot Nguyen
  • théâtre

Théâtre: «Le fils», ou le glissement idéologique d’une mère Manif pour tous

Publié par
La pièce "Le Fils" donne la parole à une militante de la Manif pour tous. Dans un monologue puissant et empreint d'émotion, cette femme nous explique comment elle est devenue une militante passionnée de tous les combats réactionnaires de l'organisation anti-mariage pour tous. Et le prix qu'elle a payé pour cela.

Comment des gens «de bonne famille», qui n'avaient jamais manifesté de leur vie, sont-ils et elles devenu.e.s des acharné.e.s de la lutte contre le mariage pour tous? C'est ce «glissement idéologique» qu'a voulu décrire l'auteure Marine Bachelot Nguyen avec Le fils, qui se joue à la Maison des Métallos à Paris jusqu'au 2 avril.

La pièce, sous forme de monologue, donne la parole à Cathy (incarnée avec beaucoup de justesse et de force par Emmanuelle Hiron), mère de deux enfants et pharmacienne dans une petite bourgade près de Rennes. Elle n'est pas une catholique forcenée, mais s'est mariée à l'Eglise parce que c'était obligatoire pour la famille de son mari. Le dimanche, toute la famille va à la messe, un peu par automatisme, mais aussi parce que se montrer "est bon pour les affaires". Et puis un beau jour, alors que ses enfants sont grands et qu'elle ne les comprend pas vraiment, elle entend le sermon du prêtre qui les incite à aller manifester contre la pièce Sur le concept du visage du fils de Dieu de Romeo Castellucci, à Rennes, accusée de blasphème. Elle se rend à la manifestation. L'énergie de l'événement la subjugue. Puis, le mouvement catholique rennais se mobilise contre le mariage pour tous et elle s'engage corps et âme dans les protestations. C'est alors que son second fils, plus renfermé et discret que son aîné, s'éloigne de plus en plus d'elle. Elle va bientôt comprendre pourquoi...

"L'idée de la pièce vient de David Gauchard (metteur en scène et scénographe du Fils), explique l'autrice Marine Bachelot Nguyen. Il voulait faire parler une mère catholique et examiner le "glissement idéologique" qui la conduit à s'engager auprès de la Manif pour tous. Deux événements l'ont inspiré, les protestations contre la pièce de Romeo Castellucci et le suicide d'une jeune gay rejeté par sa famille, rapporté par la presse."

EPANOUISSEMENT DE FEMME
Ce "glissement", Marine Bachelot Nguyen estime que c'est aux spectateurs/spectatrices de l'analyser. "Dans ce cas, le glissement est assez mince. On a choisi de ne pas la faire aller trop loin. Ce qui nous intéressait, c'était de voir comment cette catho modérée glisse parce qu'à ce moment-là il y a un vide dans sa vie. Avec cet engagement, elle réalise en quelque sorte son épanouissement de femme, presque féministe, et cela la fait bénéficier d'une ascension sociale, puisqu'elle croise désormais des femmes de chirurgiens ou d'autres notables."

Dans la pièce, l'actrice passe constamment de la troisième à la première personne. "C'était instinctif, répond Marine Bachelot Nguyen. J'avais envie qu'elle dise parfois «je» et parfois qu'elle mette de la distance vis à vis d'elle-même.» Le personnage de Cathy brise également régulièrement le "quatrième mur" en apostrophant directement le public, comme pour dire à cette salle généralement plutôt pro-mariage pour tous, comme le note l'autrice, "êtes-vous si différents de moi?".

Même si le portrait de cette manifestante anti-mariage pour tous se veut nuancé, il peut faire grincer des dents quelques directeurs de théâtre. L'un d'eux a en effet refusé de jouer la pièce de peur de froisser l'élue manif pour tous locale. "On a essayé de concevoir le spectacle pour qu'il s'adresse à tout le monde", plaide pourtant Marine Bachelot Nguyen, qui en dehors de son travail d'autrice, se définit comme une "militante sur les questions féministes, LGBT et décoloniales".

Ce dernier aspect lui permet justement de mettre en perspective l'engagement des manifestants anti-mariage pour tous: «La pièce m'a permis de travailler sur la radicalisation côté catholique et côté blanc. Il faut avoir conscience qu'en France, il y a aussi des dérives du côté chrétien».

Le Fils se jouera cet été un mois à Avignon (voir les autres dates sur le site de la compagnie L'unijambiste)

Print This Post
Photo du profil de Xavier Héraud
Publié par
Co-fondateur de Yagg. Rédacteur en chef. Photo. Comédies musicales. Harvey Fierstein. These are a few of my favorite things.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.